Skip to content

Blogue

sen­tak- /ˈsɛntak/ v.int « uti­li­ser X, s’oc­cu­per de X »

Ce pré­fixe se place sur des noms. Les verbes intran­si­tifs ain­si obte­nus dénotent une occu­pa­tion habi­tuelle ; à ce titre, lors­qu’ils sont conju­gués à l’as­pect per­fec­tif (le résul­tat de l’ac­tion est impor­tant, plus que son pro­ces­sus), ils indiquent que l’oc­cu­pa­tion n’est plus d’actualité.

  • Sem­ban­nai­kan iga.
    sem­ban­na-ik-an iga
    dresser.chiens-PRF-DIR 1SG
    Je ne m’oc­cupe plus de chiens.
Écou­tez !

Le N signi­fie que la consonne nasale finale du pré­fixe s’as­si­mile à la consonne sui­vante, comme indi­qué dans le tableau :

FormeDevantRem­place
sen-t d s z nh j
sem-p b m
seṅ-k g v
se-l ł CC
sent-f
Allo­morphes de seN-

Mots dérivés

  • senap­pi- /sɛˈnapːi/ v.int (appi « miel »)
    récol­ter du miel
  • seṅ­ki­lips- /ˈsɛŋkilips/ v.int (kilips « pois­son »)
    pêcher
    • seṅ­ki­lip­sai /ˈsɛŋkilipsai̯/ n.E (-ai)
      pêcheur
  • sem­ban­na- /ˈsɛmbanːa/ v.int (ban­na « chien »)
    s’oc­cu­per de chiens, dres­ser des chiens
    • sem­bannāi /ˈsɛmbanːaːi̯/ n.E (-ai)
      dres­seur de chiens

taktōis /ˈtaktoːi̯s/ n.I : « cou­leur X ; objet de cou­leur X »

Ce sché­ma est très limi­té dans son appli­ca­tion, et de fait abso­lu­ment pas pro­duc­tif : il ne s’ap­plique qu’à une classe fer­mée, celle des adjec­tifs purs –ceux qui prennent direc­te­ment une voyelle d’ac­cord de genre avec leur nom– dési­gnant une couleur.

L’es­pace colo­ri­mé­trique n’est divi­sé qu’en quatre en hannestiks :

  1. gādos « noir »
  2. hīsa « blanc »
  3. mōs « rouge »
  4. vente « vert, bleu »

Illus­trons cette divi­sion avec la palette sui­vante adap­tée de cette image (les lignes dia­go­nales repré­sentent des fron­tières plus floues) :

Divi­sion des cou­leurs dans la langue hannestiks

Bien enten­du, un voca­bu­laire d’ap­pa­rence aus­si limi­té n’empêche aucu­ne­ment de per­ce­voir la dif­fé­rence de teinte entre l’herbe et le ciel, ou entre une rose et une pépite d’or ; si besoin est, des modi­fi­ca­teurs seront employés, comme en fran­çais « pâle », « pro­fond », « vif », etc. ; mais les caté­go­ries de base sont celles qui se pré­sentent tout de suite à l’esprit.

Mots dérivés

  • hīsatōis /ˈhiːsatoːi̯s/ n.I (hīsa « blanc »)
    cou­leur blanche ; tache blanche ; taie (sur les yeux) ; cécité
  • mōstōis /ˈmoːstoːi̯s/ n.I (mōs « rouge »)
    cou­leur rouge ; rou­geur, tache rouge ; couperose
  • ven­tetōis /ˈʋɛntɛtoːi̯s/ n.I (vente « bleu, vert »)
    cou­leur verte/bleue ; tache verte/bleue
  • gādostōis n.I ce nom n’existe pas. Même dans un cadre aus­si limi­té, la déri­va­tion n’est pas systématique.

jota­ka /ˈjotaka/ n : « X mâle »

Ce pré­fixe est le pen­dant de nā- « X femelle ». Tout comme lui, il s’ap­plique à des noms d’a­ni­maux pour les­quels on ne dis­tingue pas le sexe de façon habituelle.

On observe les variantes suivants :

S’a­joute àRem­place
jod-V- m- n– v-
jot-d- t- s- f-
jop-b- p-
jok-g- k-
joz-j-
jo-l- ł– z– CC-h-
Allo­morphes de jod-

Mots dérivés

  • jok­valē /ˈjokʋalɛː/ n.A (kvalē « étour­neau »)
    étour­neau mâle
  • jottī­lo­nau /ˈjotːiːlonau̯/ n.I (dīlo­nau « ani­mal à queue »)
    mâle d’un ani­mal à queue
  • jottī­lo­nei­nau /ˈjotːiːloneːnau̯/ n.E (dīlo­nei­nau « ani­mal sans queue »)
    mâle d’un ani­mal sans queue

tako­ta­kau /ˈtakotakau̯/ n : « qui X des X »

Soyons un peu plus clair : ce sché­ma consiste en un verbe sui­vi d’un nom (avec une voyelle de liai­son -o- si besoin est) et le suf­fixe -au. Le nom désigne un objet concret qui VERBE le NOM habi­tuel­le­ment. Par exten­sion, il peut aus­si dési­gner des humains et des animaux.

Le sché­ma est par­ti­cu­liè­re­ment pro­duc­tif avec le verbe dī- « avoir », le nom résul­tant ser­vant d’ad­jec­tif dans une struc­ture à pro­nom relatif.

  • L’epās­sa tsōṅ­kai ei dīlo­nau ?
    l=e‑pās-s‑a ban­na ei dīlo­nau
    2SG=E‑voir-PRF-DIR.RUM chien E.REL ayant.queue
    Tu as vu un ours avec une queue ? (je n’y crois pas)
Écou­tez !

Mots dérivés

  • dīlo­nau /ˈdiːlonau̯/ n.A (dī- « avoir », ilon « queue »)
    à queue ; ani­mal à queue ; ani­mal inférieur
  • dīlo­nei­nau /ˈdiːloneːnau̯/ n.E (dī- « avoir », lonein « moi­gnon de queue »)
    avec un moi­gnon de queue ; sans queue ; ani­mal supé­rieur (ours, humain, grenouille)
  • kēp­to­bannāu /ˈkɛːptobanːaːu̯/ n.E (kēpt- « tuer » ban­na « chien »)
    tueur de chiens ; dan­ge­reux pour les chiens

takōme /taˈkoːmɛ/ n : « gros X »

À côté de la varié­té de dimi­nu­tifs que nous avons vu ces der­niers jours, le han­nes­tiks ne pré­sente qu’un seul vrai augmentatif.

Il per­met aus­si d’ex­pri­mer le res­pect que l’on observe à l’é­gard de quel­qu’un pour des rai­sons d’âge ou d’expérience.

  • Nāgassá­liōme, pāsā́ tōkēp­tage ‘ga !
    nāgassá­li-ōme pās‑ā́ tōkēpt-a-ge iga
    VOC\reine.abeille-AUG IMP\voir-A.PL tor­tu­rer-MS-E.PAT 1SG
    Ô grande reine, vois com­ment ils me torturent !
Écou­tez !

Mots dérivés

  • dēu­sauōme /ˈdeːu̯sau̯oːmɛ/ n.I (dēu­sau « bon­net »)
    bon­net cérémoniel
  • padiōme /ˈpadioːmɛ/ n.I (padi « feu »)
    bûcher
FR_FR