Skip to content

Blogue

taud, nom M, géni­tif tau­di­la

  1. pain plat
  2. repas (pris en soli­taire par le berger)

Exemples

  1. Mul ê e taud.
    mul
    don­ner.IRR
    ê
    1.SG.DAT
    e
    un
    taud
    pain
    Donne-moi du pain.
  2. La seles eko­nai taud yela dre­na­ma da nuko­la atyet.
    la
    le.H
    seles
    ber­ger
    eko-nai
    frappe.PROG-H
    taud
    repas
    yela
    3.SG.H.GEN
    dren-ama
    à_cô­té-debout
    da
    le.N
    nuk-ola
    rocher-GEN
    aty-et
    large-N.OBL
    Le ber­ger prend rapi­de­ment son repas debout à côté du gros rocher.

Étymologie

De l’an­cêtre *tagw­di de même sens.

Le second sens contraste avec nûs, le repas pris en famille (lit­té­ra­le­ment « pot » : dans les alpages, le déjeu­ner des ber­gers se base sur le pain et le fro­mage frais.

Dérivés

  • golaud, nom M, gén. golau­di­la : sac à pain, besace (< *gwa- « muni de » + *tagw­di)
  • tau­di­lo, adjec­tif : du pain ; absent car par­ti dans les alpages (< tau­di­la géni­tif + flexion adjectival)
  • ultau­do, adjec­tif : dému­ni, pauvre, affa­mé (< ul- « sans » + taud)

karuk, loca­tif

  1. tou­jours, encore
  2. tou­jours, continuellement

Exemples

  1. Ya dye­let dret mumu­la ? Koko­nai e nadye karuk.
    ya
    2.SG.NOM
    dyel-et
    par­ler.INF-DIR
    dret
    face-DIR
    mumu-la
    maman-GEN
    koko-nai
    plu­mer.PROG-H
    e
    un
    nady‑e
    oie-PL
    karuk
    encore
    Tu veux par­ler avec maman ? Elle est encore en train de plu­mer des oies.
  2. Del lyâ­ko­nai teu­ny karuk es ûka­tyon atyai woilai.
    del
    qui.NOM
    lyâ­ko-nai
    aller.PROG-H
    teu­ny
    vil­lage
    karuk
    conti­nuel­le­ment
    ihas‑î
    dégel-ABL
    es
    un
    ûka­tyon
    ours
    drûw-ai
    grand-H
    woil-ai
    noir-H
    Il y a un grand ours noir qui vient tou­jours au vil­lage depuis ce printemps.

Étymologie

Com­po­sé de l’élé­ment ka, réduc­tion d’un mot inuti­li­sé kwa (de l’an­cêtre *kuka « tou­jours »), avec le loca­tif luruk « res­pi­ra­tion, souffle » , ici réduit en -ruk.

kura, nom N, géni­tif kure­la

  1. pla­cen­ta ; sac amniotique
  2. avor­ton, pro­duit de fausse couche
  3. réflexion après coup, idée venant tard, esprit de l’escalier 

Exemples

  1. Daga dina mudyin e sûr kureleh.
    daga
    ce_là.N
    dina
    bre­bis
    mudyi‑n
    don­ner.PASS-3.N
    e
    un
    sûr
    agneau
    kur-eleh
    pla­cen­ta-INST
    Cette bre­bis-là a don­né nais­sance à un agneau coiffé.
  2. Andak mudyin e kura yaskeleh.
    andak
    celui_ci.N
    mudyi‑n
    don­ner.PASS-3.N
    e
    un
    kura
    avor­ton
    yas­ke­leh
    seule­ment
    Celle-ci n’a pro­duit qu’un avorton.
  3. Yolî yela komo­leh kura, ye ul lesôs.
    yolî
    fille
    yela
    H.GEN
    kom-oleh
    nom-INST
    kura
    après_coup
    ye
    H.DAT
    ul
    ne_pas
    lesô‑s
    avoir_idée.PASS-M
    Sa fille a un nom sans inté­rêt, il n’a­vait pas d’idée.

Étymologie

De l’an­cêtre *kura.

mush, verbe, pro­gres­sif mushû, pas­sé mushoi, infi­ni­tif mushu­la

  1. pleu­rer
  2. avoir une infec­tion de l’œil

Exemples

  1. Mushû­ten hishityek ?
    mushû-t-en
    pleu­rer.PROG-2-être.PRS
    hishi­tyek
    pour­quoi
    Pour quelle rai­son pleurez-vous ?
  2. Shi­tyek wha dinû dinû mushoi mi nyi­dâzh laudusiskono !
    shi­tyek
    car
    wha
    les
    din‑û
    bre­bis-PL
    dinû
    bre­bis-PL
    mushoi-∅
    être_infecté.PST-P
    mi
    et
    nyi­dâzh
    aujourd’­hui
    ludu­sis­ko-no
    devenir_aveugle.PROG-P
    Parce que toutes mes bre­bis ont eu une infec­tion ocu­laire et que main­te­nant elles sont deve­nues aveugles !

Étymologie

De l’an­cêtre *musuu de même sens, déri­vé de *mus (moderne mush) « eau ».

Dérivés

  • mushu­log, nom N, gén. mushu­lo­gi­la : pleurs (< mushu­la infi­ni­tif + -og suf­fixe nominalisateur)
  • tûsu­ro, adjec­tif : insen­sible ; méchant (< *sta-ra « qui ne peut pas » + *musuu)
  • ûshû, nom N, gén. ûshû­la : krumm­holz, arbre dont la crois­sance est sou­mise aux contraintes du vent et du gel (< *u- pré­fixe agen­tif + *musuuk­wan progressif)

lelen, verbe, pro­gres­sif lelan­go, pas­sé lela­nyi, infi­ni­tif lelan­da

  1. contem­pler (l’ho­ri­zon, quelque chose de distant)
  2. être per­du dans ses pensées

Exemples

  1. La seles kagai lelan­go­nai wha tutok.
    la
    le.H
    seles
    ber­gère
    kag-ai
    jeune-H
    lelan­go-nai
    contem­pler.PROG-H
    wha
    les
    tuto‑k
    nuages-DAT
    La jeune ber­gère contemple les nuages.
  2. Lak kidam lan­dai kakoyul wha nadyeng, ela lelanda.
    lak
    ce_ci.H
    kidam
    enfant
    land-ai
    muet-H
    kako-y-ul
    sur­veiller.PROG-3.H-ne.pas.être.PRS
    wha
    les
    nady-eng
    oie-DAT.PL
    ela
    3.H.NOM
    lelan­da
    être_songeur.INF
    Cet enfant silen­cieux ne sur­veille pas les oies, il est per­du dans ses pensées.

Étymologie

De l’an­cêtre *radan « aller vers le loin­tain, vers les alpages », un verbe de mou­ve­ment en *-an qui dérive peut-être d’un loca­tif signi­fiant « hori­zon, loin­tain, mon­tagnes », mais comme cette racine n’a rien don­né dans la langue moderne, dif­fi­cile de cir­cons­crire un sens plus précis.

Ce verbe de mou­ve­ment est deve­nu entiè­re­ment méta­pho­rique ; il ne s’ap­plique qu’à des objets très dis­tants, on ne l’emploie pas pour « contem­pler un beau tapis ».

Dérivés

  • lelen­dês, nom H, gén. lelen­dês­ta : rêveur ; pen­seur (< lelen­da infi­ni­tif + -ês suf­fixe agentif)
  • lele­nik, verbe, prog. lele­ni­ko, pas. lele­ni­gi, inf. lele­ni­tya : avoir un moment d’ab­sence, être dis­trait (< lelen + -ik semelfactif )
  • ure­nang, nom H, gén. ure­nan­go­la : aban­don­neur, auto-exi­lé (< *u- pré­fixe agen­tif *radan-kwan progressif)
FR_FR