Skip to content

Comment prononcer ?

"C'est bien beau de présenter des idéolangues par écrit," me direz-vous, "mais qu'est-ce qu'elles donnent à l'oral ?"

Vous avez raison, ce n'est pas très drôle d'essayer de deviner la prononciation d'un texte écrit suivant des conventions orthographiques différant à ce point du français. Cette page va nous servir de référence en exposant la romanisation de chaque langue, sans rentrer dans les variantes, l'allophonie, l'intonation, etc. qui pourraient faire l'objet de billets plus précis.

Les tableaux se lisent comme suit : d'abord le graphème (une ou plusieurs lettres), puis la transcription phonologique dans l'alphabet phonétique international, puis une approximation française si elle existe.

Greedien ancien

La structure syllabique maximale est en CVC. Les suites <i>+voyelle et <u>+voyelle sont prononcées en une seule syllabe.

APIFrançais
p/p/pelle
t/t/tarmac
k/k/courir
ph/pʰ/(<p> anglais aspiré)
th/tʰ/(<t> anglais aspiré)
kh/kʰ/(<k> anglais aspiré)
b/b/besoin
d/d/dorer
g/ɡ/gorille
s/s/sycomore
z/z/glose
m/m/malle
n/n/nid
ng/ŋ/dressing
l/l/libre
r/r/(<rr> roulé espagnol)
w/w/ouest
y/j/yack
Tableau des consonnes greediennes
APIFrançais
a/a/là
e/e/médire
i/i/cible
o/o/pot
u/u/loup
aa/aː/lézard (long)
ee/eː/bête (long)
oo/oː/pôle (long)
Tableau des voyelles greedienne

<i> et <u> devant une autre voyelle ne sont pas prononcés tels quels, mais signale respectivement la palatalisation (API /ʲ/) et la labialisation (API /ʷ/) de la consonne précédente.

L'accent aigu <◌́> signale un ton haut ; pas d'accent graphique, un ton bas ; et le point suscrit <◌̣>, un ton extra-bas. Le tiret cadratin <—> signale également le point de départ d'un abaissement général de la mélodie de la phrase (un ton haut sera moins haut, relativement à ceux qui précédaient).

L'accent tonique est plutôt faible (mais pas autant qu'en français) et tombe sur la dernière syllabe, sauf dans le cas des composés verbe-nom dont les deux éléments sont séparés par une apostrophe <'> : l'accent tombe alors sur la syllabe qui précède ce signe typographique.

Hannestiks

La structure syllabique maximale est C(s,v,N)VCC, où les consonnes pouvant terminer un mot sont /n s l/ et les groupes /ps ts ks/.

APIFrançais
p/p/péritonite
t/t/estomac
k/k/cannelle
b/b/bord
d/d/dose
g/ɡ/guerre
f/f/fard
s/s/sauter
z/z/blason
h/h/(<h> anglais)
m/m/massue
n/n/néphrite
/ŋ/pudding
v/ʋ/(<v> finnois)
j/j/hiérarchie
l/l/loriot
ł/ʟ/(<l> vélaire)
Consonnes hannestiks

Quelques phénomènes allophoniques intéressants :

  • /b d ɡ/ entre deux voyelles s'affaiblissent en [β̞ ɹ ɰ] (respectivement un espagnol, un anglais britannique et un anglais prononcé sans les lèvres)
  • /s z/ sont en réalité plus proches de [s̺ ð], respectivement un <s> espagnol légèrement chuintant et un <th> anglais sonore.
  • À l'initiale des mots, /l ʟ/ sont fortifiés en [d͡l g͡ʟ]
  • /h/ est très faible, peut disparaître s'il ne précède plus la syllabe accentuée.
APIFrançais
a ā/a aː/malle
e ē/ɛ ɛː/fête
i ī/i iː/pile
o ō/o oː/taux
ai āi/ai ̯ aːi ̯/maille
au āu/au̯ aːu̯/(pas d'équivalent)
eu ēu/eu̯ eːu̯/(pas d'équivalent)
ei/eː/télé
oi ōi/oi ̯ oːi ̯/boycott
ou/uː/tour
Voyelles hannestiks

Toutes les voyelles et diphtongues ont une version brève et une version longue, à l'exception de ei /eː/ et ou /uː/ qui sont toujours longues malgré une romanisation en tant que diphtongues brèves. Les autres combinaisons de voyelles se prononcent séparément.

L'accent tonique est régulièrement sur la première syllabe sauf si elle est légère (voyelle brève non-entravée) et que la seconde est lourde (voyelle longue, diphtongue ou voyelle brève entravée), auquel cas la seconde est accentuée. Également dans certains contextes grammaticaux où il avance le plus loin possible (jusqu'à la troisième syllabe), et sera marqué par un accent aigu. Par exemple kem'anékoidilō "donne(-le) moi !".

Margoro

La structure syllabique est en CV (consonne-voyelle) strict. Une consonne orthographique qui vient avant consonne ou en fin de mot doit être considérée comme une modification de la voyelle :

  • -n : voyelle nasale
  • -r : voyelle rhotique
  • -' (uniquement à la fin des mots) : voyelle finale accentuée.

Ces trois modifications de la voyelle, quand présentes en syllabe finale, porte l'accent tonique sur cette dernière, alors qu'il tombe normalement sur la pénultième.

APIFrançais
p/p/pétrin
t/t/tordre
k/k/calfeutrer
b/b/bête
d/d/dame
g/ɡ/goéland
s/s/ciel
z/z/chaise
h/h/(<h> anglais)
m/m/mer
n/n/nez
ŋ/ŋ/parking
l/l/lampe
r/ɾ/(<r> battu espagnol)
w/w/oui
y/j/yo-yo
Tableau des consonnes margoro

Normalement, les consonnes occlusives sourdes /p t k/ sont prononcées avec une aspiration [pʰ tʰ kʰ].

APIFrançais
a/ɑ/cas (dans certaines régions)
e/e/été
ɛ/ɛ/lève
i/i/mille
o/o/seau
ɔ/ɔ/dort
Tableau des voyelles simples margoro

Toutes les voyelles peuvent être nasalisées ou rhoticisées.

Ubaghuns tëhe

La structure syllabique maximale est en CVC. Les seuls hiatus permis sont <i>+V et <u>+V, qui se prononcent soit en deux syllabe, soit en une seule avec semi-consonnes [j] et [w] respectivement.

APIFrançais
b/p/pluie
d/t/tesson
g/k/colère
h/h/(<h> anglais)
t/tʰ/(<t> aspiré)
k/kʰ/(<k> aspiré)
Tableau des consonnes ubaghunz

Bien entendu, le tableau ci-dessus est une sursimplification : ces six consonnes changent de prononciation selon les voyelles qui les entourent, selon si c'est un homme ou une femme qui parle, etc. Ces variations concernent surtout /p t k/, prononcés [b d ɡ] entre deux voyelles ou [m n ŋ] à proximité d'une voyelle nasale.

APIFrançais
a/a/papa
e/e/prémisses
i/i/rite
o/o/mot
u/u/Toulouse
ë/ɤ/(<o> sans arrondissement des lèvres)
Tableau des voyelles

La consonne graphique <n> après voyelle indique la nasalisation. Celle-ci peut dépasser sur les autres voyelles du mot, sauf si bloquée par <t k h>.

Les voyelles sont plus ou moins longues, selon la place de l'accent tonique et le ton (voir Tons et mélodie du mot en ubaghuns tëhe, qui explique ce que signifie <s> et <z> dans cette orthographe).

Ɣu

APIFrançais
p/p/pusillanime
t/t/tout
c/t͜s/Botswana
k/k/caresser
v/v/voler
z/z/zéro
j/ʝ/(pas d'équivalent)
ɣ/ɣ/(pas d'équivalent)
s/s/sirop
h/h/(<h> anglais)
m/m/molle
n/n/narguer
ñ/ɲ/oignon
l/l/loris
Tableau des consonnes ɣu

Les consonnes sourdes <p t c k> sont voisées [b d d͜z ɡ] au contact d'une fricative sonore, et lorsque une consonne nasale <m n ñ> les suit (séparée ou non par une voyelle).

APIFrançais
a/a/sac
e/e/présure
i/i/tirer
o/o/sonner
u/u/bourré
Tableau des voyelles simples ɣu

Ces voyelles peuvent entrer dans des diphtongues dont l'orthographe n'est pas systématique à 100% (en gras les irrégularités) :

  • diphtongues en /ɪ̯/ : <ae ei oe ue> /aɪ̯ eɪ̯ oɪ̯ uɪ̯/
  • diphtongues en /ʊ̯/ : <ao eo io ou> /aʊ̯ eʊ̯ iʊ̯ oʊ̯/
  • autres diphtongues : <ie uo> /ie̯ uo̯/

Enfin, l'accent aigu <◌́> sur une voyelle ou le premier élément d'une diphtongue signale l'accent tonique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FR_FR