Skip to content

ookho /òòkʰo/ [òòˈkʰò], n

  1. lévitation
  2. vol

Il s'agit littéralement de la situation d'un objet en l'air. Associé (avec la particule li) à un verbe de déplacement comme "marcher" ou "courir", il traduit "voler". De la même manière, il n'y a pas de verbe spécifique pour "nager", "se déplacer sous terre" ou "flotter (bateau)".

Exemples

  • Ulil ookho na.
    nuage.fin vol ᴘʀᴇꜱ
    "Il y a un cirrus (au-dessus de nous)."
  • Ookho li duapód na tuepé keel.
    vol ɪɴꜱᴛ 1.domaine ʟᴏᴄ venir serpent
    "Un serpent vient en volant vers nous."

Dérivation

  • ookphód /òòkʰpʰód/, n (-pód "domaine")
    beau temps ; ciel
  • ookhlang /òòkʰlaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
    cerf-volant

obí /òbí/ [òˈbʲí], v

  1. écraser
  2. étaler

De par le sens des mots dérivés, on peut comprendre que ce verbe avait à l'origine plutôt la signification, désormais éteinte, de "touiller, déplacer un liquide épais (comme du lait)".

Exemple

  • Korósím na obí koróráz.
    pain ʟᴏᴄ étaler fromage
    "On étale du fromage sur du pain."

Dérivation

  • khobí /kʰòbí/, n (kh(à)- outil)
    cœur
  • obíri /òbíri/, n (-ri instrument)
    baratte
  • obídiyáa /òbídìjáà/, n (-dìyáà lieu)
    laiterie, marcairie
  • obî /òbí◌̀/, n (-◌̀ résultat)
    beurre ; pâte
    • obîl /òbíìl/, n (-il produit)
      beurre clarifié, ghi

nabe /nàbè/ [nàˈbè], adj

  1. rapide
  2. subit
  3. inattendu (coup)
  4. catastrophique

Sont qualifiés de "rapides" tous les objets dont le déplacement fait siffler l'air autour, dont un bâton qui prend sa cible par surprise, et par extension un malheur subit.

Pour utiliser un adjectif comme un adverbe, on le fait suivre par la particule li.

Exemple

  • Nabe li darékhe duǐl ul na ló ayékhe ésémmas.
    rapide ɪɴꜱᴛ lever lourd vent ᴘʀᴇꜱ c'est.pourquoi monter chapeau
    "Soudain un vent fort se lève et mon chapeau s'envole."

Dérivation

  • nabeékhe /nàbèékʰe/, v (-ékhe ingressif)
    accélérer ; se hâter ; s'élancer
  • zeénabe /zèénàbè/, v (zè(w)◌́- factitif adjutatif)
    faciliter le transit ; filer une diarrhée
    • zeénaberi /zèénàbèri/, n (-ri instrument)
      laxatif

duǐl /dùǐl/ [dʷǐl], adj

  1. lourd
  2. imposant
  3. important, pressant

Dans le dernier sens, quelque chose est toujours important "pour quelqu'un" : cet adjectif aura un complément en na.

Exemple

  • Lím sóga bú bab na duǐl.
    protéger clan c'est.à.dire père ʟᴏᴄ important
    "Protéger le clan est important pour mon père."

Dérivation

  • duilláng /dùíllaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
    plomb ; poids, plombs
  • duilékhe /dùílékʰe/, v (-ékhe ingressif)
    alourdir
  • téduǐl /tédùíl/, v (- élatif)
    être plus important que
  • zeéduǐl /zèédùíl/, v (zè(w) ́- factitif adjutatif)
    presser ; appuyer
    • zeéduirrí /zèédùírri/, n (-ri instrument)
      plaque de pression ; piège

sungká /sùŋká/ [sùŋˈká], v

  1. graver
  2. écrire
  3. écrire sur, décrire

Les signes sont gravées sur la pierre ou bien tracées à l'encre sur l'écorce d'un arbre.

Le système d'écriture greedien est un syllabaire, appelé karthil d'après son créateur semi-légendaire Karthi, dans lequel chaque signe correspond à un groupe (C)V(C). Il possède la particularité d'avoir beaucoup moins de signes que de syllabes possibles dans la langue, qui seraient au nombre de 1260 même en ne notant pas les tons et en ne comptant pas les syllabes comme diaas, phonétiquement unique [dʲaːs] mais analysée phonologiquement comme /dìààs/ avec trois voyelles, écrite comme trois syllabes distinctes.

Le syllabaire ne distingue, dans les codas, que les syllabes ouvertes (pas de consonne), les syllabes -N (consonne sonante), les syllabes -Q (consonne occlusive) et les syllabes -S (consonne fricative). Les deux premiers types de syllabe peuvent porter un ton complexe (montant ou descendant), les deux derniers ne connaissent que les tons simples (bas ou haut).

De plus, certains noms sont toujours écrits avec des logogrammes, comme celui de la Déesse-Mère Aléraze (Alueráz) et ceux des rois.

Exemple

  • Léédomlang sungkát raa bú tin masia piak raa.
    voyageur décrire-ʀᴇᴘ ᴘꜱ c'est.à.dire ce.apprécié lointain terre ᴘꜱ
    "Le voyageur (nous) décrivit cette terre lointaine (qu'il avait visitée)."

Dérivation

  • sungkári /sùŋkári/, n (-ri instrument)
    burin
  • thísungkâ /tʰísùŋká ̀/, n (thí- ̀# "qui fait bien")
    scribe
  • sungkâ /sùŋká ̀/, n (- ̀# résultat)
    gravure ; texte
    • sungkáku /sùŋkákù/, n (- partitif)
      lettre, signe, caractère
  • zeésungká /zèésùŋká/, v (ze(w) ́- factitif adjutatif)
    impressionner
    • zeésungkálang /zèésùŋkálaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
      impressionnable
  • masungká /masùŋká/, v (ma(y)- "publiquement, fièrement")
    chroniquer, témoigner par écrit
    • thímasungkâ /tʰímàsùŋká ̀/, n (thí- ̀# "qui fait bien")
      chroniqueur ; historien
    • masungkâ /masùŋká ̀/, n (- ̀# résultat)
      chronique, journal ; Histoire
    • masungkásia /masùŋkásìa/, v (-sìa "préalablement")
      prévoir, prédire
      • masungkásia /masùŋkásìà/, n (- ̀# nominalisation)
        prédiction, prophétie
  • nosungká /nosùŋká/, v (no(y)- "secrètement")
    noter dans un journal intime ; penser à part soi
    • nosungkâ /nosùŋká ̀/, n (- ̀# résultat)
      pensée secrète
    • nosungkári /nosùŋkári/, n (-ri instrument)
      journal intime
FR_FR