Skip to content

tak­tiges /ˈtaktigɛs/ n : « petit X »

Après un groupe de consonnes finales (-ps ‑ts ‑ks), le suf­fixe est -iges.

Sur des noms ani­més, ce suf­fixe dénote des ver­sions « imma­tures » du nom de base ; par consé­quent, sur­tout chez les ani­maux, il peut chan­ger son genre de base, de E (« dan­ge­reux ») à A (« comestible »).

Mots dérivés

  • ban­na­tiges /ˈbanːatigɛs/ n.A (ban­na « chien », genre E)
    chiot
  • kilip­siges /kiˈlipsigɛs/ n.A (kilips « pois­son »)
    (menu) fre­tin, pois­son trop petit pour être mangé
  • kvalē­tiges /kʋaˈlɛːtigɛs/ n.A (kvalē « étour­neau »)
    oisillon
  • miknē­tiges /ˈmiknɛːtigɛs/ n.E (miknē « homme »)
    gar­çon, adolescent
  • ostiges /ˈostigɛs/ n.I (ōs « tête »)
    bour­geon de fleur

jētak- /ˈjɛːtak/ v.tr : « répandre X sur, cou­vrir de X »

Le pré­fixe jē- forme des verbes tran­si­tifs sur des noms dési­gnant des matières fluides ou semi-fluides.

La pré­sence d’un j ini­tial, qui ne peut exis­ter que dans cette posi­tion, conduit à des contrac­tions lors de l’a­jout des pré­fixes de conjugaison.

  • Ēppi­sin osā­maks assa­li.
    e‑jēp­pi-sin o‑sāmaks assa­li
    E‑cou­vrir_­miel-INV PL-mort(E) abeille(A)
    Les abeilles couvrent les morts de miel.
Écou­tez !

De même, quand la consonne ini­tiale du verbe est dou­blée pour indi­quer une action réa­li­sée plu­sieurs fois (sur plu­sieurs objets, par plu­sieurs agents, etc.), le résul­tat n’est pas jj, mais z.

  • G’azē­soi­soi­sin kilips.
    g=aC-jēsoisoi-sin kilips
    1SG=A.PL-éclabousser-INV poisson(A)
    Les pois­sons m’é­cla­boussent à grande giclées.
Écou­tez !

Mots dérivés

  • jēłog­ma- /ˈjɛːʟogma/ v.tr (łog­ma « neige »)
    enfouir sous la neige, enneiger
  • jēpa­di- /ˈjɛːpadi/ v.tr (padi « feu »)
    mettre le feu à, embraser
  • jēp­pi- /ˈjɛːpːi/ v.tr (appi « miel »)
    cou­vrir, enduire de miel
  • jēp­soi- /ˈjɛːpsoi̯/ v.tr (ipsoi « eau »)
    arro­ser
  • jēsoi­soi- /ˈjɛːsoi̯soi̯/ v.tr (soi­soi « giclée d’eau »)
    écla­bous­ser

takaks /taˈkaks/ n : « que l’on X, qui X »

Le suf­fixe -ks (-aks après consonne), que l’on a déjà vu hier en conjonc­tion avec un pré­fixe han-, forme des noms de patient sur des verbes tran­si­tifs, et des noms d’ex­pé­rien­ceur sur des verbes tran­si­tifs. Le plus sou­vent, ces noms dési­gnent des per­sonnes, et seront donc de genre E.

Mots dérivés

  • keittīks /ˈkeːtːiːks/ n.E (keittī- « aider »)
    dépen­dant, han­di­ca­pé, grabataire
  • ksā­do­saks /ˈksaːdosaks/ n.E (ksā­dos- « brû­ler »)
    (grand) brû­lé ; ban­ni, exi­lé (préa­la­ble­ment sou­mis au feu sur un côté du visage)
  • łaip­saks /ˈʟai̯psaks/ n.E (łaips- « connaître »)
    connais­sance, camarade
  • pses­soks /ˈpsɛsːoks/ n.E (pses­so- « gran­dir »)
    adulte
    • seso­sos /sɛˈsosos/ n.E
      gar­diens d’un petit enfant
  • sāmaks /ˈsaːmaks/ n.E (sām- « mou­rir »)
    mort
  • tōkēp­taks /ˈtoːkɛːptaks/ n.E (tōkēpt- « tor­tu­rer »)
    vic­time de tor­ture ; souffre-douleur
  • zones­tiks /zoˈnɛstiks/ n.E (zones­ti- « être aimable avec »)
    copain, ami
  • zōtełaks /ˈzoːtɛʟaks/ n.E (zōteł- « séduire par son charme inhé­rent »)
    admi­ra­teur, admi­ra­trice, sui­veur, disciple

han­ta­kaks /ˈhantakaks/ n.I : « outil pour X »

Ce sché­ma appli­cable aux verbes est consti­tué d’un pré­fixe han-, employé dans la conju­gai­son comme appli­ca­tif ins­tru­men­tal (il signal que l’ob­jet gram­ma­ti­cal du verbe est un ins­tru­ment), et d’un suf­fixe -ks que l’on retrou­ve­ra plus tard dans d’autres schémas.

Le pré­fixe fait dis­pa­raître les h j ini­tiaux, trans­forme un f ini­tial en t, et prend la forme hā- devant les consonnes l ł s.

Le suf­fixe prend la forme -aks après une consonne.

Mots dérivés

  • handīks /ˈhandiːks/ n.I (dī- « tenir »)
    pince (pour mani­pu­ler des objets sur le feu)
  • hankēp­taks /ˈhankɛːptaks/ n.I (kēpt- « tuer »)
    masse uti­li­sée pour abattre les animaux

Nouvelle racine

Quand on crée un nou­veau sché­ma, un mot déjà pré­sent dans le voca­bu­laire peut se révé­ler décom­po­sable et don­ner nais­sance à une nou­velle racine.

Et avec cet affixe-ci, on a enfin une éty­mo­lo­gie pour le nom de la langue han­nes­tiks : la racine est un verbe nes­ti- signi­fiant « fré­quen­ter, socia­li­ser, avoir un rap­port social avec », ce qui nous donne un nom d’ou­til « ce qui per­met le rap­port social avec les autres », à savoir le langage.

Dérivés de nesti-

  • nes­tious /ˈnɛstiuːs/ n.I (-ous)
    conver­sa­tion ; rap­port social
  • tōnes­ti- /ˈtoːnɛsti/ n.I (tō-)
    ennuyer, embê­ter, déran­ger, impor­tu­ner, gêner ; flirter
    • tōnes­tiek­nos /ˈtoːnɛstiɛknos/ n.I (-eknos)
      bavar­dage ; interruption
    • tōnes­tious /ˈtoːnɛstiuːs/ n.I (-ous)
      gêne, ennui
  • zones­ti- /zoˈnɛsti/ v.tr (zo-)
    être sociable avec, acces­sible, aimable
    • zones­tious /zoˈnɛstiuːs/ n.I (-ous)
      acces­si­bi­li­té, aimabilité

tme­ta­kous /tmɛˈtakuːs/ n.I : « lieu où X »

Ce pré­fixe est appli­qué sur des noms et dénote un lieu où l’on trouve ou fait quelque chose. Pour l’ap­pli­quer à un verbe, il faut d’a­bord ajou­ter un suf­fixe -ous à ce dernier. 

Mots dérivés

  • tmekēp­tous /tmɛˈkɛːptuːs/ n.I (kēpt- « tuer »)
    pré où l’on abat les bêtes
  • tmep­soi /tmɛˈpsoi̯/ n.I (ipsoi « eau »)
    auge, abreu­voir, point d’eau
  • tmēs­sa­li /ˈtmɛːsːali/ n.I (assa­li « abeille »)
    ruche
FR_FR