Skip to content

Lexembre #17 : ‑ai

takai /taˈkai̯/ n.E : « Xeur »

Ce suf­fixe ne s’ap­plique pas aux bases ver­bales qui se ter­minent par une voyelle longue.

Voi­là enfin un sché­ma pour for­mer des noms d’agent (de genre E, donc qua­si-exclu­si­ve­ment humains) sur les verbes. Il s’ap­plique au tran­si­tifs aus­si bien qu’aux intran­si­tifs ; sur ces der­niers, il ajoute une idée de contrôle, qui n’existe pas avec le suf­fixe -ks.

Par exemple, pre­nons le verbe intran­si­tif sām- « mou­rir ». Le déri­vé en -kssāmaks, signi­fie « mort, per­sonne décé­dée » et on l’emploie pour par­ler de la dépouille du défunt, ou de son sou­ve­nir. Le déri­vé en -ai par contre s’emploie quand le mort agit : dans un rêve, dans une vision, ou quand il influence le quo­ti­dien des vivants (en bien ou en mal) :

  • Enes­tia miknē etełon etōi osā­mai ołe sikā­nake.
    e‑nesti‑a miknē e‑tełon e‑tōi o‑sāmai ołe sikān-a-ke
    E‑so­cia­li­ser-DIR.RUM homme(E) E – vieux E‑ce…-ci PL-mort et refroi­dir-MS-ANT
    Il paraît que ce vieil homme parle avec les morts quand il attrape froid.
Écou­tez !

Mots dérivés

  • kēp­tai /ˈkɛːptai̯/ n.E (kēpt- « tuer »)
    bou­cher ; exécuteur
  • sāmai /ˈsaːmai̯/ n.E (sām- « mou­rir »)
    esprit des morts
  • zopā­sai /zoˈpaːsai̯/ n.E (zopās- « se faire remar­quer »)
    ori­gi­nal, excentrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FR_FR