Skip to content

zotak- /ˈzotak/ v.tr « se faire X par »

Le pré­fixe zo- (zob- devant voyelle ou /h/, zod- devant /j/, et zōt- devant /f/ qu’il rem­place) est l’un des pré­fixes fac­ti­tifs de la langue han­nes­tiks, déri­vant des verbes tran­si­tifs sur des bases intransitives.

Sur une base déjà tran­si­tive, le nombre d’ar­gu­ments ne change pas : l’ex-sujet tran­si­tif agit sur le sujet factitif.

  • G’ā­zokēp­tan assa­li.
    1SG=A.PL-devenir_proie-DIR abeille(A)
    Je mour­rai du fait des abeilles (je fais en sorte que les abeilles me tuent).

L’agent du fac­ti­tif n’est pas, ou rare­ment, volon­taire. Quand il n’y a pas d’ob­jet, le verbe est tra­dui­sible par un adjectif.

  • Zōtełan iga.
    séduire-DIR 1SG
    Je suis (natu­rel­le­ment) séduisant.

Mots dérivés

  • zokēpt- /zoˈkɛːpt/ v.tr (kēpt- « tuer »)
    mou­rir à cause de
  • zopās- /zoˈpaːs/ v.tr (pās- « voir »)
    se faire remar­quer par
  • zosām- /zoˈsaːm/ v.tr (sām- « mou­rir »)
    être mor­tel pour
  • zōteł- /ˈzoːtɛʟ/ v.tr (feł- « vou­loir »)
    faire envie à ; séduire involontairement

takek­nos /taˈkɛknos/ n.I : « objet de X »

Le suf­fixe -eknos sur un verbe forme un nom de genre I décri­vant le résul­tat de l’ac­tion ou l’ac­tion elle-même du point de vue du patient.

Mots dérivés

  • fełek­nos /fɛˈʟɛknos/ n.I (feł- « vou­loir »)
    (objet de) désir, chose vou­lue ; mar­chan­dise du point de vue de l’acheteur
  • kēp­tek­nos /ˈkɛːptɛknos/ n.I (kēpt- « tuer »)
    cadavre(s) mort(s) de mort vio­lente ; victime(s) sacrificielle(s)
  • koi­dek­nos /ˈkoi̯dɛknos/ n.I (koid- « don­ner »)
    don
  • łaip­sek­nos /ˈʟai̯psɛknos/ n.I (łaips- « goû­ter »)
    goût
  • pāsek­nos /ˈpaːsɛknos/ n.I (pās- « voir »)
    vision

dēta­kau /ˈdɛːtakau̯/ n : « qui est avec X »

lon­ta­kau /ˈlontakau̯/ n : « qui est der­rière X »

māi­ta­kau /ˈmaːi̯takau̯/ n : « qui est pour X »

osta­kau /ˈostakau̯/ n : « qui est devant X »

Ce sché­ma se com­pose d’un suf­fixe -au sur un nom pré­fixé d’une pré­po­si­tion (mono­syl­la­bique uni­que­ment) ; il s’a­git d’une locu­tion pré­po­si­tion­nelle lexi­ca­li­sée, en quelque sorte, déno­tant un objet concret. Le genre est assi­gné régu­liè­re­ment selon le sens du mot obtenu.

Pla­cés en appo­si­tion après un autre nom avec un pro­nom rela­tif, ces déri­vés peuvent être quel­que­fois tra­duits comme des adjectifs.

  • D’idīan dēu­sau ī māik­valēu.
    1PL=I‑a­voir-DIR bonnet(I) I.REL excédent(A)
    « Nous avons plus de bon­nets qu’il n’en faut. »

Mots dérivés

Avec dē-

  • dēu­sau /ˈdeːu̯sau̯/ n.I (ōs « tête »)
    bon­net, chapeau

Avec lon-

  • lontsōṅ­kaiau /ˈlontsoːŋkai̯au̯/ n.I (tsōṅ­kai « ours »)
    bou­chon fécal de l’ours, expul­sé après le som­meil hiver­nal et lui col­lant aux poils

Avec māi-

  • māik­valēu /ˈmaːi̯kʋaleːu̯/ n.A (kvalē « étour­neau »)
    semailles tom­bées en-dehors du champ ; excédent

Avec os-

  • ospa­diau /ˈospadiau̯/ n.I (padi « feu »)
    petite bûche où l’on s’as­soit devant un feu

tas­ses­toi /ˈtasːɛstoi ̯/ n. : « arbre, plante à X »

Ce suf­fixe crée des noms de plantes fru­gi­fères. Ils sont du même genre que le nom du fruit dont ils dérivent : genre ᴀ si comes­tible, genre ɪ autrement.

Le /j/ ini­tial du suf­fixe n’est jamais pro­non­cé. Il dis­pa­raît après une voyelle (déclen­chant la contrac­tion de cette voyelle avec le /ɛ/ qui suit) et pala­ta­lise la plu­part des consonnes simples qui le pré­cède. Le tableau qui suit montre l’is­sue de la palatalisation :

SimplePala­ta­li­sée
pt
tss
kss
bd
dz
gz
mn
n
fss
sss
Pala­ta­li­sa­tion des consonnes hannestiks

Mots dérivés

Le dic­tion­naire han­nes­tiks ne contient pour l’ins­tant qu’un seul nom de fruit sur lequel tes­ter ce suffixe.

  • lak­ses­toi /ˈlaksɛstoi ̯/ n.ᴀ (alaks « fram­boise »)
    fram­boi­sier

takōn /taˈkoːn/, n : « celui qui est X par rap­port aux autres »

Le suf­fixe -ōn crée des noms à par­tir d’ad­jec­tifs, déno­tant l’ob­jet ou être dans un groupe don­né qui pos­sède une qua­li­té que les autres n’ont pas, ou à un degré moindre. Ce sché­ma de déri­va­tion est rare­ment lexi­ca­li­sé, n’im­porte quel réfé­rent pou­vant être déno­té par un nom en -ōn si le contexte l’exige. Le genre de ces noms est de même variable.

Ce suf­fixe est même employé comme une sorte de flexion, pour expri­mer l’i­dée d’un super­la­tif relatif :

  • Himiknē ‘zē fis­tenōn
    ꜰᴏᴄ-homme(ᴇ) ᴇ‑ce…-là gros
    Cet homme-là est le (plus) gros

Mots dérivés

Il existe quand même quelques déri­vés ayant un sens lexi­cal en plus du sens contextuel.

  • aṅkiōn /ˈaŋkioːn/ n.ᴇ (aṅki « jeune »)
    ben­ja­min
  • ikānōn /iˈkaːnoːn/ n.ɪ (ikān « froid »)
    hiver
  • pissōn /ˈpisːoːn/ n. ɪ (pisis « humide »)
    temps plu­vieux
FR_FR