Skip to content

duǐl /dùǐl/ [dʷǐl], adj

  1. lourd
  2. imposant
  3. important, pressant

Dans le dernier sens, quelque chose est toujours important "pour quelqu'un" : cet adjectif aura un complément en na.

Exemple

  • Lím sóga bú bab na duǐl.
    protéger clan c'est.à.dire père ʟᴏᴄ important
    "Protéger le clan est important pour mon père."

Dérivation

  • duilláng /dùíllaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
    plomb ; poids, plombs
  • duilékhe /dùílékʰe/, v (-ékhe ingressif)
    alourdir
  • téduǐl /tédùíl/, v (- élatif)
    être plus important que
  • zeéduǐl /zèédùíl/, v (zè(w) ́- factitif adjutatif)
    presser ; appuyer
    • zeéduirrí /zèédùírri/, n (-ri instrument)
      plaque de pression ; piège

sungká /sùŋká/ [sùŋˈká], v

  1. graver
  2. écrire
  3. écrire sur, décrire

Les signes sont gravées sur la pierre ou bien tracées à l'encre sur l'écorce d'un arbre.

Le système d'écriture greedien est un syllabaire, appelé karthil d'après son créateur semi-légendaire Karthi, dans lequel chaque signe correspond à un groupe (C)V(C). Il possède la particularité d'avoir beaucoup moins de signes que de syllabes possibles dans la langue, qui seraient au nombre de 1260 même en ne notant pas les tons et en ne comptant pas les syllabes comme diaas, phonétiquement unique [dʲaːs] mais analysée phonologiquement comme /dìààs/ avec trois voyelles, écrite comme trois syllabes distinctes.

Le syllabaire ne distingue, dans les codas, que les syllabes ouvertes (pas de consonne), les syllabes -N (consonne sonante), les syllabes -Q (consonne occlusive) et les syllabes -S (consonne fricative). Les deux premiers types de syllabe peuvent porter un ton complexe (montant ou descendant), les deux derniers ne connaissent que les tons simples (bas ou haut).

De plus, certains noms sont toujours écrits avec des logogrammes, comme celui de la Déesse-Mère Aléraze (Alueráz) et ceux des rois.

Exemple

  • Léédomlang sungkát raa bú tin masia piak raa.
    voyageur décrire-ʀᴇᴘ ᴘꜱ c'est.à.dire ce.apprécié lointain terre ᴘꜱ
    "Le voyageur (nous) décrivit cette terre lointaine (qu'il avait visitée)."

Dérivation

  • sungkári /sùŋkári/, n (-ri instrument)
    burin
  • thísungkâ /tʰísùŋká ̀/, n (thí- ̀# "qui fait bien")
    scribe
  • sungkâ /sùŋká ̀/, n (- ̀# résultat)
    gravure ; texte
    • sungkáku /sùŋkákù/, n (- partitif)
      lettre, signe, caractère
  • zeésungká /zèésùŋká/, v (ze(w) ́- factitif adjutatif)
    impressionner
    • zeésungkálang /zèésùŋkálaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
      impressionnable
  • masungká /masùŋká/, v (ma(y)- "publiquement, fièrement")
    chroniquer, témoigner par écrit
    • thímasungkâ /tʰímàsùŋká ̀/, n (thí- ̀# "qui fait bien")
      chroniqueur ; historien
    • masungkâ /masùŋká ̀/, n (- ̀# résultat)
      chronique, journal ; Histoire
    • masungkásia /masùŋkásìa/, v (-sìa "préalablement")
      prévoir, prédire
      • masungkásia /masùŋkásìà/, n (- ̀# nominalisation)
        prédiction, prophétie
  • nosungká /nosùŋká/, v (no(y)- "secrètement")
    noter dans un journal intime ; penser à part soi
    • nosungkâ /nosùŋká ̀/, n (- ̀# résultat)
      pensée secrète
    • nosungkári /nosùŋkári/, n (-ri instrument)
      journal intime

sóga /sógà/ [sóˈgà], n

  1. clan, famille
  2. confrérie, société

D'après les mots du roman :

Et les Greediens accordaient une grande importance à la famille et aux clans, importance qui se retrouve aussi dans la culture japonaise.

Jacques Bellezit, La ceinture Hatikva, p. 295

Exemple

  • Naná sóga duapód na ir yak raa.
    mère clan 1.domaine ʟᴏᴄ grand pouvoir ᴘꜱ
    "Le clan de ma mère avait un grand pouvoir."

Dérivation

  • sógalang /sógàlaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
    emblème, insigne clanique, sceau ; signature
  • sógaal /sógàal/, n (-il produit)
    sous-branche du clan, branche collatérale
    • sógaalékhe /sógààlékʰe/, v (-ékhe ingressif)
      fonder un clan
      • thísógaalékhe /tʰísógààlékʰè/, n (thí- ̀# "qui fait bien")
        fondateur
  • sógaku /sógàkù/, n (- partitif)
    parent‧e ; confrère, consœur
  • sógaba /sógàbà/, n (- collectif)
    siège du clan ; maison ancestrale
  • sógapód /sógàpód/, n (-pód domaine)
    coutumes du clan ; loi
  • sógaákhe /sógàákʰe/, v (-ékhe ingressif)
    exiler, bannir, expulser
    • sógaákhe /sógàákʰè/, n (- ̀# nominalisation)
      exil, bannissement
    • sógaákhlang /sógàákʰlaŋ/, n (-lang "caractérisé par")
      banni, hors-la-loi

titus /tìtùs/ [tʲìˈtʷùs], adj

  1. calme
  2. docile
  3. pacifique

Le fait que ce terme s'applique aussi bien aux animaux qu'aux personnes ne signifie pas qu'il est dépréciatif, plutô que certains animaux sont vus comme présentant les mêmes caractéristiques morales que les personnes.

Exemple

  • Titus siụ keel ló deemo na kaawạt.
    docile ne.pas.être serpent c'est.pourquoi enfant ʟᴏᴄ offrir-ɴᴇɢ-ʀᴇᴘ
    "Les serpents ne sont pas des animaux dociles, c'est pourquoi on n'en offre pas aux enfants."

Dérivation

  • titusékhe /tìtùsékʰe/, v (-ékhe inchoatif)
    apprivoiser
  • zeétitus /zèétìtùs/, v (zèé- factitif-adjutatif)
    calmer, pacifier
  • tituspód /tìtùspód/, n (-pód domaine d'application)
    calme ; convivialité ; paix
    • tituspóddiyáa /tìtùspóddìyáà/, n (-dìyáà lieu)
      maison commune ; monastère

piak /pìàk/ [pʲàk], n

  1. terre
  2. sol
  3. continent

Utilisé comme nom locatif, piak signifie "voisinage" : X piak na se traduit "près/à côté de X" ; X piak li en est l'équivalent avec idée de mouvement.

Exemples

  • Walláng yaas riwạ piak.
    plante certes manger-ɴᴇɢ terre
    "Il est exact que les plantes ne consomment pas la terre."
  • Keel piak na thón dua na.
    serpent sol ʟᴏᴄ marcher 1 ᴘʀᴇꜱ
    "Je marche à côté du serpent (immobile)."
  • Keel piak li thón dua na.
    serpent sol ɪɴꜱᴛ marcher 1 ᴘʀᴇꜱ
    "Je marche au côté du serpent (mobile), j'accompagne le serpent."

Dérivation

  • piaktiyáa /pìàktìjáà/, n (-diyáa lieu)
    péninsule
  • piakil /pìàkil/, n (-il produit)
    humus
  • piakékhe /pìàkékʰe/, v (-ékhe ingressif)
    enfouir, enterrer
    • piakékhri /pìàkékʰri/, n (-ri instrument)
      pelle
  • zeépiak /zèépìàk/, v (zeé- factitif adjutatif)
    aplatir, égaliser ; boucher (trou)
FR_FR