Skip to content

Un petit tour d’ho­ri­zon de la néga­tion du verbe dans trois idéo­langues par­mi celles sur les­quelles j’ai le plus tra­vaillé. Quels sont les paral­lèles que l’on peut obser­ver ?

À chaque fois, j’ai essayé de ne pas faire exac­te­ment comme en fran­çais (ou les autres langues euro­péennes de ma connais­sance). Mais un phé­no­mène res­sort tout de même ici : la néga­tion de l’im­pé­ra­tif est tou­jours dis­tin­guée de celle des phrases décla­ra­tives.

Margoro

Phrases déclaratives

Auxiliaire kɛri

La néga­tion du verbe fait inter­ve­nir un auxi­liaire pla­cé entre le sujet et le verbe, le verbe kɛri dont le sens lit­té­ral est « man­quer de, ne pas avoir ».

  • Go kɛri limɔ dɛ.
    • 1SG man­quer voir 2SG
    • « Je ne te vois pas. »

En rai­son de son sens pre­mier, il rem­place com­plè­te­ment le verbe aton « pos­sé­der, avoir » lorsque celui-ci est nié.

  • Non kɛri diya­ra.
    • 1PL man­quer troupeau.chèvres
    • « Nous n’a­vons pas de chèvres. »

Et en tant que verbe, kɛri peut por­ter des suf­fixes modaux.

  • kɛri­ha’ ga ga ?
    • 2PL man­quer-INT faire fait
    • « Est-ce que vous ne l’a­vez pas fait ? »

Verbes négatifs

Cer­tains verbes pos­sèdent un anto­nyme intrin­sè­que­ment néga­tif, par exemple wete « ne pas vou­loir » qui répond à tete « vou­loir ». Il n’ont donc pas besoin de l’auxi­liaire kɛri.

Impératifs

Pour l’ex­pres­sion de la défense, un autre auxi­liaire est employé : we « ne pas faire ». Celui-ci ne s’emploie jamais seul. De plus, comme il ne peut séman­ti­que­ment pas por­ter de suf­fixes modaux (inter­ro­ga­tion, degré de cer­ti­tude), il est à se deman­der s’il s’a­git vrai­ment d’un verbe ou s’il ne serait pas plus simple de le décrire comme une par­ti­cule.

  • Di we arwa !
    • 3PL PROH venir
    • « Qu’ils ne viennent pas ! »

Les verbes qui ont une contre­par­tie néga­tive emploie celle-ci à l’im­pé­ra­tif.

  • Go tete siro !
    • 1SG ne.pas.vouloir man­ger
    • « Pour­vu que je ne cède pas à la ten­ta­tion de man­ger ! », lit­té­ra­le­ment « que je ne veuille pas man­ger ! »

Ubaghuns tëhe

Phrases déclaratives

La néga­tion des phrases décla­ra­tives en ubag­huns tëhe consiste à don­ner un objet de sens néga­tif au verbe. Cela crée des com­pli­ca­tions syn­taxiques lorsque le verbe est intran­si­tif et ne peut donc pas régir d’ob­jet nor­ma­le­ment, ou lors­qu’il est tran­si­tif et a déjà un objet expri­mé.

Verbes sans objet exprimé

Les deux mots néga­tifs prin­ci­paux sont gëdi « nulle part » et babon « rien/personne ». Le pre­mier vient après les verbes de mou­ve­ment (ter­mi­nai­son -es), le second après les verbes tran­si­tifs (ter­mi­nai­son -os), et les verbes attributifs/locatifs (ter­mi­nai­son -is) peuvent pré­sen­ter les deux.

  • Bëdi bikes gëdi.
    • 1SG voir-MOUV nulle.part
    • « Je ne vois rien » (les verbes de per­cep­tion sont des verbes de mou­ve­ment en ubag­huns tëhe)
  • Gibe gëtan­dos babon.
    • 2SG pleu­rer-TR per­sonne
    • « Tu n’es triste pour per­sonne. »
  • Tan­di kii­dins babon/gëdi.
    • 3SG atta­ché-ATT rien|nulle.part
    • « Il n’est atta­ché à rien/nulle part. »

Les verbes intran­si­tifs sont éga­le­ment nié avec babon, mais comme ils ne peuvent pas avoir d’ob­jet de par leur nature, il faut chan­ger la ter­mi­nai­son ver­bale -i en tran­si­tif -os :

  • Ong­ta dahigi.
    • doigt long-INT
    • « Un doigt est long. »
  • Ong­ta dahigos babon.
    • doigt long-TR rien
    • « Un doigt n’est pas long. »

Verbes avec objet exprimé

Un verbe a au maxi­mum deux argu­ments : le sujet et l’ob­jet, pas plus. Pour faire reve­nir le com­plé­ment éven­tuel rem­pla­cé par gëdi ou babon, il faut employer donc une construc­tion sérielle, c’est à dire faire suivre le groupe ver­bal par le verbe attri­bu­tif hide­kis « être comme » régis­sant l’an­cien com­plé­ment. Ain­si :

  • Agi­benz etë­kos babon hide­kis gian­de­ku.
    • iben-ez etë­ka-os babon hidek-is gian­de­ku
    • enfant-DEF ébor­gner-TR rien comme-ATT chat
    • « L’en­fant n’é­borgne pas de chat », lit­té­ra­le­ment « l’en­fant n’é­borgne rien comme chat »
  • Gido­ho hed­dies gëdi hide­kis gekad­tang­kez.
    • gido­ho hed­di-es gëdi hidek-is gekad­tang­kaz-ez
    • ver ram­per-MOUV nulle.part comme-ATT fruit.pourri-DEF
    • « Un ver ne rampe pas vers le fruit pour­ri, il n’y a pas de ver qui rampe vers le fruit pour­ri », lit­té­ra­le­ment « un ver ne rampe nulle part comme le fruit pour­ri »

Impératifs

Dans les énon­cés expri­mant l’ordre, on retrouve un pro­cli­tique i- devant le sujet ou le verbe (si le sujet n’est pas pré­sent). Pour expri­mer la pro­hi­bi­tion, il suf­fit de le rem­pla­cer par le pro­cli­tique abe-.

  • I-kied haha­ban­bos dahi­hi.
    • IMP=1.PAUC pié­ti­ner-TR ici
    • « Pié­ti­nons le sol ! »
  • Abe-kied haha­ban­bos dahi­hi.
    • PROH=1.PAUC pié­ti­ner-TR ici
    • « Ne pié­ti­nons pas le sol ! »

Les restruc­tu­ra­tions syn­taxiques tou­chant aux verbes intran­si­tifs, aux objets, n’ont plus lieu d’être dans cette struc­ture.

Ɣu

Phrases déclaratives

La par­ti­cule de néga­tion veos se place immé­dia­te­ment après le verbe conju­gué, sauf si celui-ci est uti­li­sé avec une par­ti­cule adver­biale ; auquel cas la néga­tion vient après la par­ti­cule.

  • Apnáñi veos nat jáp­nete.
    • a‑pnañ‑i veos nat jápnet‑e
    • 1SG-savoir-PRS NEG DEM famille-PAT
    • « Je ne connais pas cette famille. »
  • Tapó­mi so veos óskot.
    • ta-pom‑i so veos óskot
    • 3SG-payer-PRS dehors NEG beau­coup
    • « Il ne dépense pas beau­coup. »

Impératifs

Un verbe conju­gué à l’im­pé­ra­tif (pré­fixe tu(h)-) sera nié à l’aide de la par­ti­cule vel. Les verbes modaux ne sont pas employés à l’im­pé­ra­tif.

  • Tuz­ploes vel !
    • tu-z-ploes vel
    • IMP-1SG-tou­cher PROH
    • « Ne me touche pas ! »

Du 22 au 23 juin, l’u­ni­ver­si­té Anglia Rus­kin à Cam­bridge accueillit la hui­tième Lan­guage Crea­tion Confe­rence orga­ni­sée par la Lan­guage Crea­tion Socie­ty.

C’é­tait l’oc­ca­sion de retrou­ver des idéo­lin­guistes du monde entier et d’as­sis­ter à de fort inté­res­santes pré­sen­ta­tions par des membres de la com­mu­nau­té. En atten­dant que celles-ci soient télé­ver­sées sur le site de la LCS, voi­ci quelques moments de ces deux jour­nées.

…conti­nue rea­ding « La hui­tième Lan­guage Crea­tion Confe­rence à Cam­bridge »

L’u­bag­huns tëhe est une langue à la pho­no­lo­gie mini­male : six consonnes /p t k h tʰ kʰ/, six voyelles orales /a e i o u ɤ /, six voyelles nasales /ã ẽ ĩ õ ũ ɤ̃/. L’ac­cent tonique touche tou­jours la der­nière syl­labe du mot et n’est donc pas dis­tinc­tif. Cepen­dant, il est un aspect de la pro­so­die qui per­met­trait d’op­po­ser deux formes autre­ment iden­tiques : les varia­tions de hau­teur au fil des syl­labes, ou mélo­die tonale.

Valeurs formelles des tons

Ce ne sont pas des hau­teurs abso­lues cor­res­pon­dant à des notes de musique, mais des hau­teurs rela­tives les unes aux autres, sur une échelle divi­sée en cinq :

  • Le ton non mar­qué dit « moyen » et abré­gé M est celui duquel on part pour réa­li­ser les deux autres ; il se situe sur le troi­sième bar­reau de l’é­chelle
  • Le ton haut abré­gé H est d’un cran (au moins) plus haut que le ton moyen
  • Le ton bas abré­gé L est d’un cran (au moins) plus bas que le ton moyen.

Ces hau­teurs tonales ne se com­binent pas libre­ment dans un mot ; il y a exac­te­ment trois pos­si­bi­li­tés, réa­li­sées sur les deux ou trois der­nières syl­labes. Toutes les syl­labes qui se retrouvent en-dehors de la mélo­die sont M par défaut.

  • Le sché­ma neutre consiste en un ton haut sur la der­nière syl­labe et un ton bas sur l’a­vant-der­nière. Exemples : dëhed /tɤ̀hét/ « pointe de flèche » ; enhade /ẽhàté/ « plume » ; kadob /kʰàtóp/ « coude ».
  • Le sché­ma ‑s consiste en un ton haut sur la der­nière syl­labe. Il est noté dans la trans­crip­tion par un -s. Exemples :
  • Le sché­ma ‑z consiste en deux tons hauts sur les deux der­nières syl­labes, pré­cé­dés d’un ton bas. Il est noté dans la trans­crip­tion par un -z final. Exemples : ubag­hunz /ùpákhṹ/ « langue » ; ihed­di­toz /ihèttítʰó/ « che­min par­cou­ru en ram­pant ».

Formes sans schéma inhérent

Les mots gram­ma­ti­caux qui s’at­tachent au mot sui­vant (pro­cli­tiques) n’ont pas de mélo­die indé­pen­dante et se réa­lisent donc au ton moyen, sauf si le sché­ma ‑z déborde à gauche.

Syllabe d’appui au schéma ‑z

Le sché­ma ‑z néces­site trois syl­labes, or il est des cas où il doit se réa­li­ser sur un mot dis­syl­la­bique : heton « vil­lage » plus le suf­fixe démons­tra­tif -ez, avec la règle qui veut que la pre­mière des voyelles en contact s’é­lide (et lègue sa nasa­li­té à la sui­vante), devrait don­ner *hetenz /hétʰẽ́/ mais aucune syl­labe n’est là pour por­ter le ton bas. On répare en pré­fixant a(g)- : ahe­tenz /àhétʰẽ́/ « ce vil­lage ». Elle est inutile en pré­sence d’un pro­cli­tique : kin­kin-hetenz /kʰĩkʰĩ̀hétʰẽ́/ « Sur­pre­nant, ce vil­lage… »

Valeur sémantique des tons

Le sché­ma neutre est le sché­ma par défaut. Les autres appa­raissent durant les opé­ra­tions gram­ma­ti­cales et la déri­va­tion lexi­cale .

Le schéma ‑s

Un ensemble de deux mots (ou plus) où le deuxième terme est dans une rela­tion de com­plé­men­ta­tion avec le pre­mier se com­porte comme une uni­té syn­taxique où les par­ti­ci­pants ne sont plus indé­pen­dants, signa­lée acous­ti­que­ment par la sup­pres­sion de tous les tons mar­qués du sché­ma du pre­mier terme, sauf le H de la der­nière syl­labe.

Structures nominales

Pour les noms, c’est le cas des struc­tures pos­ses­sives. Exemple : les noms indé­pen­dants kada­din (MLH) « tête » et gian­gig (MLH) « écu­reuil » don­ne­ront kada­dins gian­gig (MMH MLH) « la tête de l’é­cu­reuil » ; uab­bo­duz (MLHH) « mélo­die » et toto (LH) « pluie » feront uab­bo­dus toto (MMMH LH) « le fre­don­ne­ment de la pluie ». Avec le sché­ma neutre, deux noms côte-à-côte seraient dans une simple rela­tion d’ap­po­si­tion : tebid eged « peau qui est jeune, peau jeune » ≠ tebids eged « peau du‧de la jeune ».

Un sché­ma ‑s est éga­le­ment assi­gné aux clas­si­fi­ca­teurs, ces mots qui se placent entre un nombre et le nom comp­té et donnent des indi­ca­tions sur la forme de ce der­nier : bin-bagdes iben « deux enfants », de-kuobs iged­tonz « une oreille cou­pée ». Lorsque les clas­si­fi­ca­teurs sont employés seuls, ils ont le sché­ma neutre : bin-bagde « deux êtres debout », de-kuob « une chose flasque ».

Verbes

La plu­part des verbes – sauf les verbes intran­si­tifs – forment une uni­té syn­taxique avec leur objet (qui est obli­ga­toire), et pré­sentent donc le sché­ma ‑s par défaut.

  • Verbes tran­si­tifs : ata­bos « vou­loir, dési­rer », din­kos « consom­mer », kië­kios « sécher »
  • Verbes de mou­ve­ment : dang­danges « sau­tiller vers », bikes « voir (diri­ger son regard vers) « , babiges « quit­ter, sor­tir de »
  • Verbes loca­tifs : kii­dins « être atta­ché à », tabis « être assis sur », hide­kis « être comme »

Le schéma ‑z

Le sché­ma ‑z est asso­cié à la pré­sence de suf­fixes sur un nom.

Suffixes dérivationnels

La conver­sion des verbes en noms se fait exclu­si­ve­ment à l’aide de suf­fixes ou de cir­con­fixes (pré­fixe + suf­fixe). Exemples : baghin « par­ler » > ubag­hunz « langue », gëtan­dos « pleu­rer pour la mort de » > higë­tand­hez « défunt‧e récent‧e », aghis « être tem­po­rai­re­ment à » > uaghadz « abri ».

Suffixes flexionnels

Les suf­fixes d’in­for­ma­tion gram­ma­ti­cale sur le nom sont le sin­gu­la­tif -kiz (« un‧e seul‧e »), le démons­tra­tif -ez, le suf­fixe d’a­lié­na­tion -tonz (pour les par­ties du corps qui n’y sont plus atta­chées) et les suf­fixes pos­ses­sifs pro­no­mi­naux (comme -tugz « ton, ta, tes ; votre, vos »).

Il peuvent se cumu­ler, par exemple : ong­ta­tigtën­kez (MMLHH) « celui-ci de tes doigts cou­pés en par­ti­cu­lier », qui se décom­pose en ong­ta-tugz-tonz-kiz-ez moyen­nant quelques adap­ta­tions pho­né­tiques qui feront l’ob­jet d’un futur billet.

Dans les coulisses

Pen­dant long­temps, ma concep­tion du ton était celle d’un sys­tème à la chi­noise (et des langues du sud-est asia­tique en géné­ral), où chaque syl­labe sup­por­tait un contour tonal qui pou­vait être mon­tant, des­cen­dant, haut, bas, moyen, etc. J’a­vais enten­du par­ler des sys­tème dits « à accent de hau­teur » (sué­dois et japo­nais), où le mot rece­vait une mélo­die rela­tive à l’ac­cent tonique, mais sans vrai­ment le com­prendre ou l’employer dans mes créa­tions.

Puis il y a un an, un article est paru sur Fiat Lin­gua : « Tones for Conlan­gers : A Basic Intro­duc­tion » par Aidan Aan­nes­tad, expli­quant de façon claire et avec force exemples com­ment conce­voir le fonc­tion­ne­ment du ton, en tant que phé­no­mène pro­so­dique indé­pen­dant de la forme pho­né­tique d’un mot, com­ment il inter­agit avec d’autres seg­ments, et com­ment il peut évo­luer his­to­ri­que­ment dans une langue.

J’ai été tel­le­ment mar­qué que depuis, la moi­tié de mes idées concerne des idéo­langues à tons, et j’ai même refon­du la plus ancienne dans un moule tonal pour lui redon­ner un nou­veau souffle. Je pense, comme Aidan Aan­nes­tad, qu’il n’y a pas assez de langues construites de ce type. Avis aux ama­teurs !