Skip to content

La huitième Language Creation Conference à Cambridge

Du 22 au 23 juin, l'université Anglia Ruskin à Cambridge accueillit la huitième Language Creation Conference organisée par la Language Creation Society.

C'était l'occasion de retrouver des idéolinguistes du monde entier et d'assister à de fort intéressantes présentations par des membres de la communauté. En attendant que celles-ci soient téléversées sur le site de la LCS, voici quelques moments de ces deux journées.

Panel : Conlangs in Popular Fiction

Une heure de discussion sur les idéolangues dans la fiction contemporaine. Les intervenantes avec un titre devant leur nom en parlaient surtout du point de vue académique (dans le cadre de la littérature et de la linguistique), les deux autres apportèrent leur perspective de créateurs (Margaret chante dans ses idéolangues sur des musiques de son mari, et Jackson écrit de la littérature originale en klingon). De nombreuses questions furent posées par le public.

Si j'avais prêté un peu plus attention au programme, j'aurais pensé à apporter mon exemplaire de la nouvelle édition de A Secret Vice pour le faire dédicacer par le Dʳ Fimi.

LCC8 panel
Conlangs in Popular Fiction (de gauche à droite : Dʳ Tiffani Angus, Margaret Ransdell–Green, Jackson Bradley, Dʳ Dimitra Fimi, Pʳ Sarah Annes Brown, Dʳ Bettina Beinhoff)

Les posters

Samedi après-midi, nous commençâmes en douceur avec un ensemble de présentations interactives dans le hall d'entrée.

Le kjellfjöðis, hybride finno-norrois par Yoshi Smart.
Le plan du métro de Vienne dans le temnšech de Tobias Lindorfer.
L'invention d'instruments et de traditions musicales : quand créer une langue pour traduire des paroles ne suffit pas.
L'expérience de Nadežda Kologreeva : qui peut comprendre un hybride polono-lituanien ?

Théories linguistiques et idéocréation

La présentation de Joseph Windsor, l'actuel président de la LCS, consista à nous présenter deux théories récentes employées par certains linguistes : la Hiérarchie Contrastive en phonologie (Dresher 2009) et l'Hypothèse de la Colonne Universelle (Wiltschko 2014) en morphosyntaxe. Je suis encore en train de me documenter à leur sujet, mais elles sont pleines de potentiel pour la création de langues "inédites mais théoriquement possibles", voici d'ailleurs un inventaire phonologique généré collaborativement à partir de la première théorie :

Phonologie de l'examplish

wpg_div_wp_graphviz_1

Explication : quatre traits phonétiques furent choisis comme étant pertinent pour distinguer les consonnes ([Con]) de la langue (sonante, aspirée, latérale, fricative), puis furent ordonnés de manière à décider des distinctions les plus importantes (plus c'est haut, plus nombreuses seront les consonnes à disposer de ce trait). À chaque nœud de l'arbre, nous votions quand à la présence ou non d'une distinction. Et nous eûmes même le temps de créer un mot : /ɡɬʰnɤ/, qui signifie, bien entendu, "cracher sur".

Notez que le phonème /ɬʰ/ apparaît deux fois dans l'arbre, ce qui est tout à fait plausible. Le résultat ne risque pas d'être découvert de sitôt dans une langue naturelle, mais au moins il est théoriquement possible !

Relais

Un relais idéolinguistique est une sorte de téléphone arabe, dans lequel un‧e premier‧e participant‧e envoie un texte dans son idéolangue accompagné d'une grammaire et d'un lexique suffisants pour traduire le tout, un‧e deuxième retraduit dans son idéolangue et recommence le processus vers un‧e troisième, etc., jusqu'à ce que le texte ainsi transformé revienne au premier maillon de la chaîne, on retraduit en anglais/français et à la toute fin on se bidonne devant le résultat.

Le LCC8 Relay fut dévoilé à la fin de la conférence, avec pour chaque partie un commentaire de deux minutes par l'auteur‧e, mais il n'est pas encore en ligne ; pour patienter, voici ce que j'ai compris et traduit en ubaghuns tëhe (deuxième maillon de la chaîne) :

  • Dahi-iben ebonkos tënkidbabes ietahetandz, kinkin-dahihi dantihebi.
    Hogu tigëngtides iingiadhokaz gekebdikaz, hogu hidekis giandeku,
    ganbeb-hiahokaz aghis tokondo.
    Kobu-kikanb tekitades heton, tandi hidekis dabtige gegendkaz,
    ohu-ibihius iben kiadkos edtegenz gedekikaz.
  • So children climb(ed) down with a tool to the place of banishment, my, it was still night!
    They exited their crooked houses silently, like cats,
    since their feet were in garments.
    Snow had just fallen on the village, it was like fresh white body paint,
    soon the footprints of the children will disturb this smooth fur.

En fait, il s'agissait des trois premières lignes du roman de Ken Follett Les Piliers de la Terre ; je n'avais pas fait de contresens majeur, sauf à comprendre "pendaison" comme "descendre en rappel vers un lieu de jugement" !

Et quant à comment ça a fini : la neige est devenue sable, une ombre mystérieuse joue un rôle majeur, l'histoire est devenue épique, tout ce qui est resté en bout de chaîne est… la référence au chat.

Et aussi

Une réflexion philosophique sur "Qu'est-ce qu'une langue ?" par Jan Havliš, un commentaire du Cratyle au sujet de l'iconicité des mots par Kevin Graaf, le retour d'expérience d'Alison Long sur sa création d'une langue pour la minisérie de la BBC "The City and the City" : pour parler de tout ce que j'ai vu, relater toutes les discussions passionnantes que j'ai pu avoir dans les coulisses ou dans un pub, citer tous gens présents, il me faudrait bien plus qu'un billet de blog. Mais je ferme là mon rapport et pense déjà à la future conférence, dans deux ans, dans un lieu pour l'instant inconnu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FR_FR