Skip to content

lemek, numé­ral, ordi­nal lemeh­ta

  1. 1200
  2. 1000 (lors des tran­sac­tions com­mer­ciales avec les peuples de la vallée)
  3. beau­coup de, énor­mé­ment de

Exemples

  1. Wha­ga molen­dok atyot atyot lemek mi mosa­dê mi hozh­dya­hat dyad.
    wha­ga
    ce_là.P
    molendo‑k
    com­mu­nau­té-DAT
    aty-ot
    grand-OBL
    aty-ot
    grand-OBL
    lemek
    mille
    mi
    et
    mosa­dê
    cent
    mi
    et
    hozh­dya­hat
    sept
    dyad
    toi­son
    Ce très gros vil­lage pos­sède 1307 moutons.
  2. Tir lemek Shu­tya tir lemek Gabli ?
    tir
    ou
    lemek
    mille
    Shu­tya
    Shu­tya
    tir
    ou
    lemek
    mille
    Gîz­hi
    Gabli
    Mille deux cent de chez nous ou mille de chez les Gablis ?
  3. Mish­ki­sh­ka nen­na lemek ush­kar dengen.
    mishk-ish­ka
    lac-au_­des­sus
    n‑enna
    N-être.PASS
    lemek
    innom­brable
    ush­kar
    oiseau
    deng-en
    tour­ner.PROG-N
    Il y avait d’in­nom­brables oiseaux tour­billo­nant au-des­sus du lac.

Étymologie

Du mot Gabli <lömök> « 1000 ».
Il a été emprun­té en dye­log avec le sens dis­tinct de « dix fois dêna­tyu (120) » qui était jus­qu’a­lors le nombre le plus éle­vé dans la langue.
La forme ordi­nale lemeh­ta « mille deux cen­tième » a été for­mée par ana­lo­gie avec dêna­tyuh­ta « cent vingtième ».
Ce chan­ge­ment séman­tique n’est pas sans poser quelques pro­blèmes lors­qu’un Shu­tya entre­prend des négo­cia­tions com­mer­ciales avec un·e Gabli et se retrouve à devoir par­ler de grands nombres.
Heu­reu­se­ment, dans une éco­no­mie pré­mo­derne basée sur le troc, d’aus­si grandes quan­ti­tés se ren­contrent rarement.

FR_FR