Skip to content

Lexembre #17 : ‑ai

takai /taˈkai̯/ n.E : « Xeur »

Ce suf­fixe ne s’ap­plique pas aux bases verbales qui se ter­minent par une voyelle longue.

Voilà enfin un schéma pour former des noms d’a­gent (de genre E, donc quasi-exclus­ive­ment humains) sur les verbes. Il s’ap­plique au trans­itifs aus­si bien qu’aux intrans­itifs ; sur ces derniers, il ajoute une idée de con­trôle, qui n’ex­iste pas avec le suf­fixe -ks.

Par exemple, pren­ons le verbe intrans­itif sām- « mourir ». Le dérivé en -kssāmaks, sig­ni­fie « mort, per­sonne décédée » et on l’emploie pour par­ler de la dépouille du défunt, ou de son souven­ir. Le dérivé en -ai par contre s’emploie quand le mort agit : dans un rêve, dans une vis­ion, ou quand il influ­ence le quo­ti­di­en des vivants (en bien ou en mal) :

  • Enes­tia miknē etełon etōi osāmai ołe sikānake.
    e‑nesti‑a miknē e‑tełon e‑tōi o‑sāmai ołe sikān-a-ke
    E‑so­cial­iser-DIR.RUM homme(E) E – vieux E‑ce…-ci PL-mort et refroid­ir-MS-ANT
    Il paraît que ce vie­il homme parle avec les morts quand il attrape froid.
Listen!

Mots dérivés

  • kēp­tai /ˈkɛːptai̯/ n.E (kēpt- « tuer »)
    bouch­er ; exécuteur
  • sāmai /ˈsaːmai̯/ n.E (sām- « mourir »)
    esprit des morts
  • zopā­sai /zoˈpaːsai̯/ n.E (zopās- « se faire remarquer »)
    ori­gin­al, excentrique

Leave a Reply

Your email address will not be pub­lished.

EN