Skip to content

*limire /liˈmire/, nom : rubus par­vi­fo­li­us

  • F min /ˈmin/, n : nourriture
  • PM myir /ˈmjir/, n : baie comest­ible de couleur rouge
    • M1 nir /ˈnir/, n : baie de long-min
      • M2 nir /ˈnir/, n : baie de long-min
    • M2 mir /ˈmir/, n : baie de saa-min
      • M1 mir /ˈmir/, n : baie de saa-min

D’où qu’ils fus­sent ori­gin­aires, les locuteurs du proto-île se ret­rouvèrent coincés dans une région à l’é­co­lo­gie très différente. Une entre­prise de nom­mage des espèces végétales nou­velles à partir du vocab­u­laire hérité s’ensuivit.

Les langues mari­times se sont emprunté mutuelle­ment les noms d’espèces ne se trouv­ant que sur une seule île. Les gloses « saa-min » et « long-min » en français sont des mots F, car ces fruits ne cor­res­pond­ent pas exacte­ment à ceux que nous connaissons.

*komanta /koˈmanta/, nom : fille, nièce

  • F -ngau /ˈŋaw/, suf­fixe : (fémin­in)
  • PM ngaa /ˈŋaː/, n : femme
    • M1 -waa /ˈwaː/, suf­fixe : (fémin­in)
    • M2 -aa /ˈaː/, suf­fixe : (fémin­in)

Con­ver­gence entre les trois langues : ce nom libre désig­nant un membre fémin­in de la généra­tion postérieure s’est gram­mat­ic­al­isé en suf­fixe nom­in­al désig­nant un référent fémin­in (quel que soit son âge et son stat­ut familial).

*turik /ˈturik/, verbe statif : joyeux, heureux

  • F —
  • PM tur /ˈtur/, adj : chanceux
    • M1 /ˈtur/, adj : malchanceux
    • M2 /ˈtur/, adj : idiot

La racine a dis­paru en F, et a vu son sens se dégrader dans les langues mari­times. Quelqu’un d’heureux est chanceux (PM), quelqu’un de chanceux voit beau­c­oup de choses lui arriver, et pas seule­ment de bonnes (M1), ou peut tell­e­ment compt­er sur sa bonne étoile qu’il n’a pas besoin de trop réfléchir dans la vie (M2).

*sor­on /ˈsoron/, nom : vent

  • F son /ˈson/, n : vent ; guide ; mentor
  • PM sor /ˈsor/, n : vent ; cour­ant marin
    • M1 sor /ˈsor/, n : cour­ant marin
    • M2 soer /ˈsɤr/, n : cour­ant marin

Une intéress­ante diver­gence dans l’é­volu­tion du sens entre le F dont les locuteurs voy­a­gent d’île en île par les airs, et les langues mari­times dont les locuteurs ne se dépla­cent qu’en bateau.

*dimako /diˈmako/, n : soleil

  • F na /ˈna/, n : jour
  • PM nak /ˈnak/ : jour
    • M1, M2 -nak /ˌnak/ : [forme des com­posés « aujourd’hui », « demain »]

Cette fois-ci, ce sont les langues mari­times mod­ernes qui ont fait d’une base indépend­ante une racine unique­ment présente dans des dérivés. 

EN