Skip to content

treu, nom N, gén­i­tif treula

  1. langue (d’un animal)

Exemples

  1. Îk eula wokonai da treuk.
    îk
    grand_mère
    eula
    1.SG.GEN
    woko-nai
    cuire.PROG-H
    da
    le.N
    treu‑k
    langue-DAT
    Ma grand-mère cuit la langue du mouton.

Étymologie

De l’ancêtre *trikwa « bouche (d’un anim­al) », par métonymie.
Ce mot n’est pas employé pour par­ler de la langue d’un être humain ou d’un ours.

dat, verbe, pro­gres­sif dako, passé dadyi, infin­i­tif datra

  1. compt­er
  2. énumérer
  3. chanter une lit­an­ie, psalmodier

Exemples

  1. Ela shûsha yedata e dyande, kondehet.
    ela
    3.SG.H.NOM
    shûsha
    pendant_que
    ye-dat‑a
    3.H-compt­er.IRR-SG
    e
    un
    dyand‑e
    tois­on-PL
    kondeh-et
    som­meil-DIR
    Aus­si longtemps qu’il compte les moutons, il tombe de sommeil.
  2. Dakoy­enna wha komong wha takûnda takûnda dak nenezgî.
    dako-y-enn‑a
    énumérer-3.H-être.PASS-SG
    wha
    les
    kom-ong
    nom-PL.ACC
    wha
    les
    tak-ûnda
    chèvre-PL.GEN
    tak-ûnda
    chèvre-PL.GEN
    dak
    que.DAT
    nenezg‑î
    troquer.PASS-H
    Il com­mença à énumérer les noms de toutes les chèvres qu’il avait troquées.
  3. La sadyikeu dakonai hûratyô.
    la
    le.H
    sadyikeu
    sor­cière
    dako-nai
    lit­an­iser.PROG-H
    hûratyô
    bruyam­ment
    Le sor­ci­er chante une lit­an­ie grondante.

Étymologie

De l’ancêtre *daat « palper ».
Pour compt­er les moutons, les ber­gers leurs touchent la tête tout en chant­ant une comptine ser­vant à enre­gis­trer les groupes de vingt « tois­ons » (dyad, appela­tion des moutons lor­squ’on les compte).

Dérivés

  • datret, nom M, gén. datre­tola : comptine, rime de comptage (< nom­in­al­isa­tion de datreto par­ti­cipe futur)
  • datrog, nom M, gén. datro­gila : compte, comptage (< datra infin­i­tif + -og suf­fixe nominalisateur)

toh, nom M, gén­i­tif tohila

  1. houe
  2. her­minette

Exemples

  1. Ê sho hen sa tohileh leutag.
    ê
    1.SG.DAT
    sho
    pour_que
    h‑en
    1.SG-être.PRS
    sa
    le.M
    toh-ileh
    houe-INST
    leutag
    champ
    J’ai besoin de la houe pour aller aux champs.
  2. Askonai tohileh e tê kodresh.
    asko-nai
    tailler_bois.PROG-H
    toh-ileh
    her­minette-INST
    e
    un

    idole
    kodr-esh
    grossi­er-M
    Elle sculpte une idole grossière à l’herminette.

Étymologie

De l’ancêtre *tuqi de même sens.

Dérivés

  • tohâg, nom M, gén. tohâgula : hache (< *tuqi + *-anxu suf­fixe augmentatif)
  • , verbe, prog. , pas. , inf. : (< )

dekles, verbe, pro­gres­sif dekleshko, passé deklezgi, infin­i­tif deklesta

  1. battre, fouler (les céréales)
  2. éclair­cir (une situ­ation), expliquer

Exemples

  1. Tata mi mît deklezgi da kashe hozhdâzh.
    tata
    père
    mi
    and
    mît
    oncle
    dekleshko-no
    battre.PROG-P
    da
    le.N
    kash‑e
    orge-DAT
    hozh­dâzh
    trois_jours
    Papa et ton­ton ont battu l’orge il y a trois jours.
  2. Dekles ê hishityek la sadyikeu.
    dekles
    expli­quer.INF
    ê
    1.SG.DAT
    hishityek
    pour­quoi
    la
    le.H
    sadyikeu
    sor­cière
    mudyi-∅
    don­ner.PASS-P

    2.SG.DAT
    saga
    ce_là.M
    tad‑o
    os-DAT
    lahtr-ash
    couper.INF-M.OBL
    Explique-moi pour­quoi la sor­cière t’a don­né cet os entaillé.

Étymologie

Emprunt à la langue gabli <däpläs> « battre longuement ».
Le <-läs> est ici un suf­fixe fréquent­atif, ajouté à une racine <däp> « frapper ».

Dérivés

  • deklesk, nom M, gén. dekleskola : fléau (< Gb. däpläskö, nom d’outil à partir du verbe)
  • dekles­tog, nom M, gén. dekles­to­gila : explic­a­tion (< deklesta infin­i­tif + -og suf­fixe nominalisateur)

hârî, nom M, gén­i­tif hârîla

  1. fro­mage frais de brebis

Exemples

  1. Ya kak, sho­htrês, mol Shutya yahkoty­en sa hârîleh sa shenyû.
    ya
    2.SG.NOM
    kak
    observ­er.IRR
    sho­htrês
    cueil­leur
    mol
    1.PL.NOM
    Shutya
    Shutya
    yahko-ty-en
    trans­former.PROG-1.PL-être.PRS
    sa
    le.M
    hârî-leh
    fro­mage-INST
    sa
    le.M
    sheny‑û
    lait-DAT
    Regarde, cueil­leur, com­ment nous autres Shutya fais­ons du fro­mage à partir de lait.

Étymologie

De l’ancêtre *qiwaar « fro­mage frais », qui donne régulière­ment hâr, plus le suf­fixe diminu­tif , ajouté pour éviter une trop grande ressemb­lance avec le nom « pis, troupeau » ; mal­gré les appar­ences ces deux noms ne sont pas liés, le second dérivant de l’ancêtre *xaag­wi.

EN