Skip to content

Deux sortes d’ar­gu­ments peuvent être repris sur un verbe ɣu : le sujet, ou à pro­pre­ment par­ler l’agent des verbes tran­si­tifs et l’ex­pé­rien­ceur des verbes intran­si­tifs ; et l’ob­jet, ou plus exac­te­ment le patient ou béné­fi­ciaire d’un verbe tran­si­tif.

Selon que la forme ver­bale est la tête de phrase (verbe à pro­pre­ment par­ler) ou non (formes nomi­no-adver­biales ou converbes), le mar­quage sera dif­fé­rent.

Préfixes de sujet

Verbes conjugués

Cinq per­sonnes peuvent être enco­dées sur le verbe en tant que sujet : trois qui peuvent être sin­gu­lières ou plu­rielles, une qui n’a qu’un plu­riel (la 1re inclu­sive, qui tra­duit « toi et moi » ou « vous et nous »), et une per­sonne sans nombre, dite imper­son­nelle (« on »).

sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivea(n)- ni(h)-
1re inclu­sive niki(h)-
2e ka(t)- ki(h)-
3e ta(t)- tu(v)-
4e o(v)-

Le verbe -han

Une seule racine apporte quelques modi­fi­ca­tions à ce sché­ma ailleurs régu­lier : le verbe « être ». Le tableau qui suit montre la conju­gai­son com­plète au pré­sent

sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivean níhan
1re exclu­sive níki­han
2e kan kíhan
3e tan túvan
4e óvan

Ici, la consonne ini­tiale de la racine saute et les voyelles /a/ des pré­fixes sin­gu­liers et de la racine se confondent. De plus, dans les formes plu­ri­syl­la­biques, c’est le pré­fixe qui est accen­tué.

Formes nominales

Les formes adver­bo-nomi­nales en po(h)- « quand, lorsque ; pen­dant que » et i(t)- « pour que ; parce que » ont la pos­si­bi­li­té de reprendre un sujet sous la forme de pré­fixes. Ceux-ci sont iden­tiques aux pré­fixes de pos­ses­sion nomi­nale, et deux lec­tures sont par­fois pos­sible dans le cas des formes lexi­ca­li­sées : aeni­véote « pour que je vienne ; parce que je suis venu » ou « mon futur », nepokál « quand nous man­geons » ou « notre repas ».

Le tableau qui suit pré­sente les pré­fixes de pos­ses­sion. Ils n’existent pas pour la qua­trième per­sonne.

sin­gu­lierplu­riel
1re exclu­siveae(n)- ne(h)-
1re inclu­sive nekavu(h)-
2e ka(t)- kavu(h)-
3e ta(t)- tavu(h)-

Infixes d’objet

Le mar­quage de l’ob­jet, après les pré­fixes de sujet, est beau­coup moins pré­cis : il y a une forme pour la pre­mière per­sonne du sin­gu­lier (-z-) , une pour la deuxième per­sonne du sin­gu­lier (aucune marque) et une pour les pre­mières et la deuxième per­sonnes du plu­riel (-o(t)-). Il n’y a pas de formes pour les troi­sièmes ou la qua­trième per­sonnes, qui vont plu­tôt être repré­sen­tées par des pro­noms de reprise.

Le fait que l’ob­jet de 2ᵉ sin­gu­lier est sans affixe signi­fie que lors­qu’on veut employer un verbe tran­si­tif sans objet, il faut le faire suivre du pro­nom ki « quelque chose ». Par exemple : akále « je te mange » oppo­sé à akále kim « je mange ».

Verbes conjugués

Les tableau sui­vant montre la réa­li­sa­tion des infixes avec deux verbes à la troi­sième per­sonne du sin­gu­lier, débu­tant par une consonne (tamoɣé « il voit ») et par une voyelle (tatáke « il fait mal »)

sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivetazmoɣé taomoɣé
1re inclu­sive taomoɣé
2e tamoɣé taomoɣé
3e tamoɣé eim tamoɣé im
4e tamoɣé kim
sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivetazáke taotáke
1re inclu­sive taotáke
2e tatáke taotáke
3e tatáke eim tatáke im
4e tamoɣé kim

Formes nominales

Les formes sont les mêmes, et se placent après le pré­fixe nomi­na­li­sant. Pour exemple, les formes tavu­pozmóɣ « quand ils me ver­ront » et iokál « pour nous/vous man­ger ».