Skip to content

Un petit tour d’ho­ri­zon de la néga­tion du verbe dans trois idéo­langues par­mi celles sur les­quelles j’ai le plus tra­vaillé. Quels sont les paral­lèles que l’on peut obser­ver ?

À chaque fois, j’ai essayé de ne pas faire exac­te­ment comme en fran­çais (ou les autres langues euro­péennes de ma connais­sance). Mais un phé­no­mène res­sort tout de même ici : la néga­tion de l’im­pé­ra­tif est tou­jours dis­tin­guée de celle des phrases décla­ra­tives.

Margoro

Phrases déclaratives

Auxiliaire kɛri

La néga­tion du verbe fait inter­ve­nir un auxi­liaire pla­cé entre le sujet et le verbe, le verbe kɛri dont le sens lit­té­ral est « man­quer de, ne pas avoir ».

  • Go kɛri limɔ dɛ.
    • 1SG man­quer voir 2SG
    • « Je ne te vois pas. »

En rai­son de son sens pre­mier, il rem­place com­plè­te­ment le verbe aton « pos­sé­der, avoir » lorsque celui-ci est nié.

  • Non kɛri diya­ra.
    • 1PL man­quer troupeau.chèvres
    • « Nous n’a­vons pas de chèvres. »

Et en tant que verbe, kɛri peut por­ter des suf­fixes modaux.

  • kɛri­ha’ ga ga ?
    • 2PL man­quer-INT faire fait
    • « Est-ce que vous ne l’a­vez pas fait ? »

Verbes négatifs

Cer­tains verbes pos­sèdent un anto­nyme intrin­sè­que­ment néga­tif, par exemple wete « ne pas vou­loir » qui répond à tete « vou­loir ». Il n’ont donc pas besoin de l’auxi­liaire kɛri.

Impératifs

Pour l’ex­pres­sion de la défense, un autre auxi­liaire est employé : we « ne pas faire ». Celui-ci ne s’emploie jamais seul. De plus, comme il ne peut séman­ti­que­ment pas por­ter de suf­fixes modaux (inter­ro­ga­tion, degré de cer­ti­tude), il est à se deman­der s’il s’a­git vrai­ment d’un verbe ou s’il ne serait pas plus simple de le décrire comme une par­ti­cule.

  • Di we arwa !
    • 3PL PROH venir
    • « Qu’ils ne viennent pas ! »

Les verbes qui ont une contre­par­tie néga­tive emploie celle-ci à l’im­pé­ra­tif.

  • Go tete siro !
    • 1SG ne.pas.vouloir man­ger
    • « Pour­vu que je ne cède pas à la ten­ta­tion de man­ger ! », lit­té­ra­le­ment « que je ne veuille pas man­ger ! »

Ubaghuns tëhe

Phrases déclaratives

La néga­tion des phrases décla­ra­tives en ubag­huns tëhe consiste à don­ner un objet de sens néga­tif au verbe. Cela crée des com­pli­ca­tions syn­taxiques lorsque le verbe est intran­si­tif et ne peut donc pas régir d’ob­jet nor­ma­le­ment, ou lors­qu’il est tran­si­tif et a déjà un objet expri­mé.

Verbes sans objet exprimé

Les deux mots néga­tifs prin­ci­paux sont gëdi « nulle part » et babon « rien/personne ». Le pre­mier vient après les verbes de mou­ve­ment (ter­mi­nai­son -es), le second après les verbes tran­si­tifs (ter­mi­nai­son -os), et les verbes attributifs/locatifs (ter­mi­nai­son -is) peuvent pré­sen­ter les deux.

  • Bëdi bikes gëdi.
    • 1SG voir-MOUV nulle.part
    • « Je ne vois rien » (les verbes de per­cep­tion sont des verbes de mou­ve­ment en ubag­huns tëhe)
  • Gibe gëtan­dos babon.
    • 2SG pleu­rer-TR per­sonne
    • « Tu n’es triste pour per­sonne. »
  • Tan­di kii­dins babon/gëdi.
    • 3SG atta­ché-ATT rien|nulle.part
    • « Il n’est atta­ché à rien/nulle part. »

Les verbes intran­si­tifs sont éga­le­ment nié avec babon, mais comme ils ne peuvent pas avoir d’ob­jet de par leur nature, il faut chan­ger la ter­mi­nai­son ver­bale -i en tran­si­tif -os :

  • Ong­ta dahigi.
    • doigt long-INT
    • « Un doigt est long. »
  • Ong­ta dahigos babon.
    • doigt long-TR rien
    • « Un doigt n’est pas long. »

Verbes avec objet exprimé

Un verbe a au maxi­mum deux argu­ments : le sujet et l’ob­jet, pas plus. Pour faire reve­nir le com­plé­ment éven­tuel rem­pla­cé par gëdi ou babon, il faut employer donc une construc­tion sérielle, c’est à dire faire suivre le groupe ver­bal par le verbe attri­bu­tif hide­kis « être comme » régis­sant l’an­cien com­plé­ment. Ain­si :

  • Agi­benz etë­kos babon hide­kis gian­de­ku.
    • iben-ez etë­ka-os babon hidek-is gian­de­ku
    • enfant-DEF ébor­gner-TR rien comme-ATT chat
    • « L’en­fant n’é­borgne pas de chat », lit­té­ra­le­ment « l’en­fant n’é­borgne rien comme chat »
  • Gido­ho hed­dies gëdi hide­kis gekad­tang­kez.
    • gido­ho hed­di-es gëdi hidek-is gekad­tang­kaz-ez
    • ver ram­per-MOUV nulle.part comme-ATT fruit.pourri-DEF
    • « Un ver ne rampe pas vers le fruit pour­ri, il n’y a pas de ver qui rampe vers le fruit pour­ri », lit­té­ra­le­ment « un ver ne rampe nulle part comme le fruit pour­ri »

Impératifs

Dans les énon­cés expri­mant l’ordre, on retrouve un pro­cli­tique i- devant le sujet ou le verbe (si le sujet n’est pas pré­sent). Pour expri­mer la pro­hi­bi­tion, il suf­fit de le rem­pla­cer par le pro­cli­tique abe-.

  • I-kied haha­ban­bos dahi­hi.
    • IMP=1.PAUC pié­ti­ner-TR ici
    • « Pié­ti­nons le sol ! »
  • Abe-kied haha­ban­bos dahi­hi.
    • PROH=1.PAUC pié­ti­ner-TR ici
    • « Ne pié­ti­nons pas le sol ! »

Les restruc­tu­ra­tions syn­taxiques tou­chant aux verbes intran­si­tifs, aux objets, n’ont plus lieu d’être dans cette struc­ture.

Ɣu

Phrases déclaratives

La par­ti­cule de néga­tion veos se place immé­dia­te­ment après le verbe conju­gué, sauf si celui-ci est uti­li­sé avec une par­ti­cule adver­biale ; auquel cas la néga­tion vient après la par­ti­cule.

  • Apnáñi veos nat jáp­nete.
    • a‑pnañ‑i veos nat jápnet‑e
    • 1SG-savoir-PRS NEG DEM famille-PAT
    • « Je ne connais pas cette famille. »
  • Tapó­mi so veos óskot.
    • ta-pom‑i so veos óskot
    • 3SG-payer-PRS dehors NEG beau­coup
    • « Il ne dépense pas beau­coup. »

Impératifs

Un verbe conju­gué à l’im­pé­ra­tif (pré­fixe tu(h)-) sera nié à l’aide de la par­ti­cule vel. Les verbes modaux ne sont pas employés à l’im­pé­ra­tif.

  • Tuz­ploes vel !
    • tu-z-ploes vel
    • IMP-1SG-tou­cher PROH
    • « Ne me touche pas ! »

Deux sortes d’ar­gu­ments peuvent être repris sur un verbe ɣu : le sujet, ou à pro­pre­ment par­ler l’agent des verbes tran­si­tifs et l’ex­pé­rien­ceur des verbes intran­si­tifs ; et l’ob­jet, ou plus exac­te­ment le patient ou béné­fi­ciaire d’un verbe tran­si­tif.

Selon que la forme ver­bale est la tête de phrase (verbe à pro­pre­ment par­ler) ou non (formes nomi­no-adver­biales ou converbes), le mar­quage sera dif­fé­rent.

Préfixes de sujet

Verbes conjugués

Cinq per­sonnes peuvent être enco­dées sur le verbe en tant que sujet : trois qui peuvent être sin­gu­lières ou plu­rielles, une qui n’a qu’un plu­riel (la 1re inclu­sive, qui tra­duit « toi et moi » ou « vous et nous »), et une per­sonne sans nombre, dite imper­son­nelle (« on »).

sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivea(n)- ni(h)-
1re inclu­sive niki(h)-
2e ka(t)- ki(h)-
3e ta(t)- tu(v)-
4e o(v)-

Le verbe -han

Une seule racine apporte quelques modi­fi­ca­tions à ce sché­ma ailleurs régu­lier : le verbe « être ». Le tableau qui suit montre la conju­gai­son com­plète au pré­sent

sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivean níhan
1re exclu­sive níki­han
2e kan kíhan
3e tan túvan
4e óvan

Ici, la consonne ini­tiale de la racine saute et les voyelles /a/ des pré­fixes sin­gu­liers et de la racine se confondent. De plus, dans les formes plu­ri­syl­la­biques, c’est le pré­fixe qui est accen­tué.

Formes nominales

Les formes adver­bo-nomi­nales en po(h)- « quand, lorsque ; pen­dant que » et i(t)- « pour que ; parce que » ont la pos­si­bi­li­té de reprendre un sujet sous la forme de pré­fixes. Ceux-ci sont iden­tiques aux pré­fixes de pos­ses­sion nomi­nale, et deux lec­tures sont par­fois pos­sible dans le cas des formes lexi­ca­li­sées : aeni­véote « pour que je vienne ; parce que je suis venu » ou « mon futur », nepokál « quand nous man­geons » ou « notre repas ».

Le tableau qui suit pré­sente les pré­fixes de pos­ses­sion. Ils n’existent pas pour la qua­trième per­sonne.

sin­gu­lierplu­riel
1re exclu­siveae(n)- ne(h)-
1re inclu­sive nekavu(h)-
2e ka(t)- kavu(h)-
3e ta(t)- tavu(h)-

Infixes d’objet

Le mar­quage de l’ob­jet, après les pré­fixes de sujet, est beau­coup moins pré­cis : il y a une forme pour la pre­mière per­sonne du sin­gu­lier (-z-) , une pour la deuxième per­sonne du sin­gu­lier (aucune marque) et une pour les pre­mières et la deuxième per­sonnes du plu­riel (-o(t)-). Il n’y a pas de formes pour les troi­sièmes ou la qua­trième per­sonnes, qui vont plu­tôt être repré­sen­tées par des pro­noms de reprise.

Le fait que l’ob­jet de 2ᵉ sin­gu­lier est sans affixe signi­fie que lors­qu’on veut employer un verbe tran­si­tif sans objet, il faut le faire suivre du pro­nom ki « quelque chose ». Par exemple : akále « je te mange » oppo­sé à akále kim « je mange ».

Verbes conjugués

Les tableau sui­vant montre la réa­li­sa­tion des infixes avec deux verbes à la troi­sième per­sonne du sin­gu­lier, débu­tant par une consonne (tamoɣé « il voit ») et par une voyelle (tatáke « il fait mal »)

sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivetazmoɣé taomoɣé
1re inclu­sive taomoɣé
2e tamoɣé taomoɣé
3e tamoɣé eim tamoɣé im
4e tamoɣé kim
sin­gu­lierplu­rielindé­fi­ni
1re exclu­sivetazáke taotáke
1re inclu­sive taotáke
2e tatáke taotáke
3e tatáke eim tatáke im
4e tamoɣé kim

Formes nominales

Les formes sont les mêmes, et se placent après le pré­fixe nomi­na­li­sant. Pour exemple, les formes tavu­pozmóɣ « quand ils me ver­ront » et iokál « pour nous/vous man­ger ».

En décri­vant une langue, on ne devrait jamais pou­voir dire sim­ple­ment « X est la marque du plu­riel ». Il y aura tou­jours des sub­ti­li­tés mor­pho­lo­giques, syn­taxiques et séman­tiques qui atten­dront au tour­nant.

Nombre nominal

Pluriel

Comme en fran­çais, le plu­riel appli­qué à un nom signale plus d’un objet, avec cette pré­ci­sion qu’ils doivent être épars, sans rap­port les uns aux autres. Amoɣó nótosum « j’ai vu des che­vaux » sous-entend « j’ai vu des che­vaux à des occa­sions dif­fé­rentes ».

Après un mot expli­ci­te­ment plu­riel, comme un numé­ral, le nom reste au sin­gu­lier : véhke nótos « sept che­vaux ».

Collectif

Contrai­re­ment au plu­riel, le col­lec­tif sup­pose que des élé­ments mul­tiples forment un groupe. Ain­si, nótoson signi­fie « trou­peau de che­vaux », piɣíkon « banc de sar­dine », vét­mevtil « rang de pom­miers ». C’est aus­si le nombre employé pour signa­ler des paires natu­relles, comme dans tíkle « paire d’yeux ».

Partitif

Les noms de sub­stances, pour qui un plu­riel ou un col­lec­tif feraient peu sens, ont a la place une forme dite par­ti­tive, en -(k)in, tra­dui­sible par « un peu de » ou « une mesure de » : húhin « un peu d’eau, un volume d’eau ».

C’est éga­le­ment le cas pour les noms de qua­li­té en h(o)-, tel que hojép « lar­geur » ; le par­ti­tif se tra­dui­ra par « une ins­tance de, un exemple de » : hojépin « une cer­taine lar­geur, la lar­geur d’un cer­tain objet ».

Pluriel associatif

Les noms d’hu­mains (sous-classe de celle des êtres ani­més), ont un plu­riel asso­cia­tif en -le (-e après l), qui peut se tra­duire par « X et ceux qui lui sont nor­ma­le­ment asso­ciés ». On sous-entend la famille ou un groupe de per­sonnes proches : knáo­viz­noɣ­nikle « un‧e météo­ro­lo­giste et ses amis », tló­zi­sokle « un‧e voleu‧r‧se et ses com­plices »

Il peut éga­le­ment s’employer avec les pro­noms per­son­nels : aepo­hanle « moi et les miens », kávu­po­hanle « vous et les vôtres ».

Les classes nominales

Les com­bi­nai­sons des dif­fé­rentes ter­mi­nai­sons du sin­gu­lier et du col­lec­tif sont répar­ties selon le sens des noms (entre paren­thèses la consonne d’ap­pui après les radi­caux se ter­mi­nant en voyelle).

Groupes séman­tiquesPlu­rielCol­lec­tif
Ani­més mobiles (humains, ani­maux)-(v)u-(k)on
Ani­més immo­biles (plantes, cham­pi­gnons, éponges)-ik
-ek (après voyelle)
-k (après i)
-il
-el (après voyelle)
-l (après i)
Par­ties du corps
-ik
-ek (après voyelle)
-k (après i)

-le
-e (après l)
Outils, capa­ci­tés-(s)at-le
-e (après l)
Œuvres, créa­tions de l’es­prit
-(j)es-(k)on
Divers-(j)es-(s)at
-(h)at

Les deux ter­mi­nai­sons du col­lec­tif des noms « divers » résultent de la fusion de deux classes, -(h)at étant employé plus spé­ci­fi­que­ment pour les conte­nants ; mais la dis­tinc­tion est de moins en moins faite.

On peut ici par­ler d’un sys­tème de genre gram­ma­ti­cal, car les ter­mi­nai­sons de nombre des adjec­tifs épi­thètes s’ac­cordent avec celles des noms qua­li­fiés : nótosu tómu « des grands che­vaux », jápes tómes « des grandes mai­sons ».

Nombre verbal et pronominal

Les pro­noms et les verbes n’op­posent que le sin­gu­lier et le plu­riel. S’ils reprennent un par­ti­tif ou un col­lec­tif, l’ac­cord se fera au sin­gu­lier :

  • Taɣósi nótoson « un trou­peau de che­vaux court »
  • Tan nat hotómin jot « cette hau­teur est trop [éle­vée] »

Un plu­riel asso­cia­tif déclen­che­ra l’ac­cord au plu­riel :

  • Tunáe­mat aepá­pale « ma mère et ses amis boivent du thé »

Bien­ve­nue sur mon blog ! (pro­non­cia­tion [API] : /ˈvale aɪ̯ˈtihtoʊ̯ɣaʝasikoka/)

Dans la langue ɣu, le titre de ce billet se décom­pose ain­si :

  • vále est une forme ver­bale (le conjonc­tif pré­sent) du verbe « sen­tir », et tout ce qui reste d’une expres­sion plus longue Aoɣáo­ci poe vále tóve « je vous accepte et vous sens[trouve] agréable »
  • aetíh­touɣa­ja­si­ko­ka est for­mé de :
    • ae-, pré­fixe pos­ses­sif de 1re per­sonne sin­gu­lier
      • tíh­tol mot signi­fiant « page »
      • ɣája­si l’ad­jec­tif « élec­trique »
    • -(k)on suf­fixe de nombre col­lec­tif (un ensemble de)
    • -ka suf­fixe de cas loca­tif (dans, sur, à).

Lit­té­ra­le­ment, j’ac­cepte [votre venue] sur mon jour­nal élec­trique !

J’es­père que voi­là un bon aper­çu de la manière qu’a le ɣu de construire ses mots et ses phrases.